NAMUR

Nouvelle manifestation le 18 mars contre la marchandisation des services

Nouvelle manifestation le 18 mars contre la marchandisation des services

Le rassemblement aura lieu à 10h00 le 18 mars devant la gare de Namur et devrait se terminer vers 12h00 place Saint-Aubain. Twitter CSC

La FGTB, la CSC et le patronat ont annoncé lundi l’organisation d’une manifestation contre la marchandisation des services le 18 mars prochain à Namur.

L’action visera aussi à dénoncer l’asphyxie financière du secteur associatif ainsi que la diminution de moyens pour les services publics, engendrés notamment par la réforme des APE.

«Ça suffit, rendez-vous tous à Namur pour défendre une Wallonie solidaire», indique le tract diffusé lundi.

Le rassemblement aura lieu à 10h00 le 18 mars devant la gare de Namur et devrait se terminer vers 12h00 place Saint-Aubain.

«Entre 5 000 et 10 000 manifestants sont attendus», a précisé Thierry Bodson, secrétaire général de la FGTB wallonne.

Selon les partenaires sociaux, la réforme des APE - dont l’approbation est prévue le 20 mars - menacerait toujours 3.500 emplois, et devrait mener, à terme, à une marchandisation des services publics et de l’associatif.

Nouvelle manifestation le 18 mars contre la marchandisation des services
«Ça suffit, rendez-vous tous à Namur pour défendre une Wallonie solidaire», indique le tract diffusé lundi. -

Ils ont également dans leur viseur le guide des dépenses éligibles des associations actives dans l’insertion socioprofessionnelle (MIRE, CISP, PMTIC, SAACE), qui prônerait une diminution de certaines subventions de fonctionnement.

«Tel que le prévoit le texte de l’arrêté approuvé en première lecture par le gouvernement wallon, les provisions pour pécules de vacances sont inéligibles. Pourtant, la législation sociale impose aux employeurs le provisionnement de ce type de dépenses», a souligné M. Bodson. «Autre exemple, il devrait aussi être demandé de pouvoir distinguer, dans les factures de téléphonie, les appels professionnels des appels privés, ce qui va imposer une surcharge administrative».

«

Si on se laisse faire, le gouvernement wallon va détruire de nombreux emplois et services

»

En outre, environ 2.000 emplois pourraient être supprimés et, à terme, ce sont toutes les ASBL qui risqueraient d’être concernées par ces dépenses éligibles, ajoute le front commun.

L’affaiblissement des services publics au travers de la réforme des APE et d’une diminution de 3% de leur budget de fonctionnement est également dénoncée.

«Si on se laisse faire, le gouvernement wallon va détruire de nombreux emplois et services», affirme encore le tract publié lundi. «Cela concerne l’aide aux personnes, l’insertion socioprofessionnelle, la santé, les transports publics, l’accueil de l’enfance, la culture, les institutions provinciales, les CPAS, le sport, ou encore la jeunesse.»

«La stratégie est simple: affaiblir ces secteurs pour mieux justifier leur privatisation», conclut-il.

En plus de la FGTB et la CSC, l’opération du 18 mars est soutenue par de nombreux acteurs du non-marchand, comme la Confédération des employeurs du secteur sportif et socioculturel (CESSoC). D’autres branches devraient également se mobiliser, comme la Centrale des services à domicile (CSD), a précisé M. Bodson.