EMPLOI

Les conventions seront respectées mais des licenciements sur base de 4 ETP

Les conventions seront respectées mais des licenciements sur base de 4 ETP

Selon les représentants des journalistes, le nouvel accord respecte toutes les conventions en vigueur dans l’entreprise. ÉdA – 40293321735

Un accord a été signé entre les journalistes et la direction des Éditions de l’Avenir. Certains éléments sont très positifs. Mais tout n’est pas réglé…

La direction des Éditions de l’Avenir et une délégation de la Société des rédacteurs (SDR) et de l’Association des journalistes professionnels (AJP) ont trouvé un accord dimanche, au terme d’un week-end de négociations.

«Il permet le respect de toutes les conventions en vigueur dans l’entreprise, ont indiqué dimanche en fin d’après-midi la direction, l’AJP et la SDR. Les décomptes individuels en tiendront compte. Ceci permet qu’intervienne un plus grand nombre de départs en RCC (NDLR: régime de chômage avec complément d’entreprise, ex-système de prépension) ou volontaires, en minimisant à quatre équivalents temps plein maximum le nombre de licenciements secs.»

Ces derniers concernent la rédaction. Les calculs se feront sur base du nombre de départs connus au vendredi 15 février à minuit. La direction a confirmé que les seuls critères qu’elle utilisera pour licencier seront des critères «organisationnels et/ou de compétences en lien avec le plan de redéploiement.» Le personnel avait fait part de ses craintes quant à la possible existence d’une liste noire.

La direction, l’AJP et la SDR se félicitent enfin «de ce retour progressif à la confiance, base de tout développement sain de l’entreprise.»

Les représentants des journalistes indiquent qu’une assemblée aura lieu ce lundi matin pour expliquer les tenants et aboutissants de cet accord important.

Reste tout de même un problème: la motion de défiance votée contre le directeur des rédactions, plusieurs fois réaffirmée, dans laquelle les journalistes ne le reconnaissent plus comme un interlocuteur pertinent. Or, ce dernier reste le référent de la direction en matière d’une réorganisation attendue par l’ensemble de la rédaction depuis de nombreuses semaines. Réorganisation qui déterminera les licenciements…

Depuis le 23 octobre

Fin octobre 2018, la direction des Éditions de l’Avenir avait annoncé son intention de supprimer 60 équivalents temps plein sur un total de 280 travailleurs.

En décembre, le personnel et la direction s’étaient accordés sur le départ de 45 équivalents temps plein, dont 31,74 au sein de la rédaction du média. La tension était toutefois remontée d’un cran ces dernières semaines sur la question d’éventuels licenciements secs, le nombre de RCC et de départs volontaires étant insuffisant.

Jeudi soir, après l’arrêt de travail de la rédaction et une manifestation à Marche, au Salon des mandataires, la direction et la délégation syndicale CNE-SETCa s’étaient entendues pour proposer une enveloppe financière supplémentaire estimée à 450 000€, dans le but d’inciter à davantage de départs volontaires afin d’éviter les licenciements secs.

Cette négociation avait eu lieu sans les représentants des journalistes. Une réunion plus spécifique s’était ensuite tenue avec eux vendredi, en début d’après-midi, et s’était soldée par un échec, la direction refusant toutes les propositions de l’AJP.