D1A

FC Bruges – Genk 3-1: un leader sans idées balayé par son dauphin dans le sommet de la Pro League

FC Bruges – Genk 3-1: un leader sans idées balayé par son dauphin dans le sommet de la Pro League

Ruslan Malinovskyi tire la langue: Genk a calé face à Bruges dans le sommet de la 26e journée de Pro League. Photo News

En s’imposant face à un leader apathique, le Club de Bruges s’isole à la deuxième place du classement et réduit l’écart qui le sépare de son adversaire du jour.

Le résumé du match

Bourreaux de leurs anciennes couleurs

Après un premier quart d’heure d’observation, les Brugeois ouvraient le score grâce à Clinton Mata. Idéalement servi par Siebe Schrijvers, l’ancien… Genkois trompait la vigilance du portier limbourgeois.

Blessé sur cette action, le joueur belgo-angolais devait ensuite céder sa place.

Mais face à un Racing aux abonnés absents (et orphelin de son meneur Pozuelo), les Brugeois doublaient la marque, à nouveau par l’entremise d’un ancien de la maison limbourgeoise: Siebe Schrijvers. Héritant d’un centre de Wesley mal négocié par Aidoo, l’homme à l’assist sur le premier but enfonçait le clou avant même la mi-temps.

Vormer répond à Samatta

Obligé de réagir, Genk faisait entrer son maestro espagnol au retour des vestiaires. De quoi redonner quelques couleurs au leader mais pas suffisamment que pour inverser de suite la tendance.

C’est en effet le Club qui passait, à deux reprises, très proche du K.O. à l’heure de jeu, via Diatta et Vormer.

Et si Samatta relançait quelque peu l’intérêt du match en réduisant l’écart à un quart d’heure du terme, Ruud Vormer se chargeait de tuer ce nouvel espoir dans l’œuf en inscrivant le troisième but brugeois de l’après-midi, quelques secondes seulement après la rédaction du score.

+ Revoir les buts et les temps forts de la rencontre jusqu’à une heure après le coup de sifflet final

La technique du match

Arbitre: Lambrechts

But: Mata (1-0, 20e), Schrijvers (2-0, 37e), Samatta (2-1, 77e), Vormer (3-1, 78e)

Cartes jaunes: Ingvartsen, Poulain, Denswil, Uronen, Vanaken, Pozuelo

FCB: Horvath – Poulain, Mechele, Denswil – Mata (27e Amrabat), Vormer, Vanaken, Rits, Diatta – Schrijvers (83e Nakamba), Wesley (87e Openda)

RCG: Vukovic – Maehle, Aidoo, Dewaest, Uronen – Heynen, Ingvartsen (46e Pozuelo), Malinovskyi – Paintsil (46e Gano), Trossard, Samatta

Ce qu’il faut retenir du match

Un leader sans idées. Bien que le mercato belge ait refermé ses portes depuis un moment déjà, le stratège de Genk, Alejandro Pozuelo, n’a toujours pas renoncé à un transfert vers un championnat exotique (le club de Toronto en MLS fait ainsi le forcing): des velléités de départ qui ont jusqu’ici rencontré un «non» catégorique de la direction limbourgeoise, renvoyant par ailleurs le talentueux milieu espagnol sur le banc du Racing (relire aussi: Genk entre ambition et tension). Or, sans Pozuelo sur le terrain, Genk est apparu sur la pelouse tel un poulet sans tête. Et si sa montée au jeu après la pause a donné un coup de fouet à des Limbourgeois apathiques, force est de constater que le ressort est actuellement cassé dans la mécanique pourtant bien huilée du coach Philippe Clément.

Réaction brugeoise. Après la victoire du Standard vendredi soir, face à Lokeren (+ revoir le résumé de cette rencontre), le Club Brugeois se devait de réagir et l’emporter afin de conforter sa seconde place au classement et, par la même occasion, résorber une partie de son retard sur son adversaire du jour. Surtout, ce succès conjugué à la victoire glanée sur la scène européenne en semaine (+ plus d’info) aura certainement le don de redorer l’étoile d’Ivan Leko, laquelle était apparue ternie ces dernières semaines après, notamment, un maigre 5 sur 15 en championnat. Bruges s’isole ainsi à la seconde place du tableau à huit longueurs du leader.

Genk et Clément n’y arrivent pas. Le Jan Breydelstadion ne réussit décidément pas au Racing de Genk, ni à Philippe Clément, un ancien de la maison blauw-en-zwart. Le dernier succès limbourgeois en terres brugeoises remonte en effet à 2013. Ce nouveau revers concédé porte donc à sept le nombre de déplacements sans victoire: 5 défaites et 2 nuls. Quant à Philippe Clément, le coach du Racing devra donc attendre un peu plus longtemps pour remporter un premier succès face à ses anciennes couleurs, lui qui n’a jamais connu le succès en six rencontres face à Bruges (une à la tête de Waasland-Beveren et cinq en qualité d’entraîneur de Genk).

Pro League