CLABECQ

Les directions de NLMK La Louvière et de NLMK Manage demandent l’arrêt des blocages

Les directions de NLMK La Louvière et de NLMK Manage demandent l’arrêt des blocages

Le site de Clabecq n’est pas le seul touché. Photo News

Les directions des sites de l’entreprise sidérurgique NLMK à La Louvière et Manage ont demandé vendredi, par voie de communiqué, l’arrêt immédiat des blocages de leurs sites par les travailleurs de NLMK Clabecq.

Les accès au site de NLMK La Louvière sont bloqués depuis le 11 février par une délégation de travailleurs de NLMK Clabecq. Ce blocage s’est étendu, depuis mardi, au site de NLMK Manage. L’entrée et la sortie des camions sur les deux sites bloqués sont donc rendues impossibles.

Les directions des deux sites de l’entreprise ont donc demandé la levée des blocages, évoquant des raisons techniques et économiques. «Les blocages des sites de La Louvière et de Manage ont des conséquences sur la marche de nos installations», ont indiqué les directions de NLMK dans leur communiqué. «Ils mettent en difficultés nos travailleurs et impactent lourdement nos clients. Ils ne démontrent pas la volonté de dialogue évoquée par les représentants des syndicats de NLMK Clabecq.»

Un car de travailleurs du site de Clabecq de NLMK s’était rendu lundi sur le site louviérois de l’entreprise. L’action s’inscrivait dans le cadre des protestations des travailleurs contre le plan social enclenché à Clabecq où la direction de l’entreprise entend supprimer 290 emplois (sur 576) et appliquer un gel sur les salaires du personnel restant.

«Nous entendons le désarroi des travailleurs de NLMK Clabecq mais rappelons que toutes les décisions liées à la situation de NLMK Clabecq ne peuvent être prises que par la Direction de ce site: seul le dialogue amènera à des solutions», a expliqué dans le communiqué Renaud Moretti, CEO de NLMK Europe-Strip Products.