Infrabel supprime deux passages à niveau à Milmort

- EdA

Infrabel, gestionnaire de l’infrastructure du réseau ferroviaire, a lancé un chantier à Milmort (Herstal), en région liégeoise, en vue de supprimer deux passages à niveau.

L’investissement s’élève à 4,5 millions d’euros, a indiqué jeudi Jean-François Lenaers, ingénieur chez Infrabel au service des ouvrages d’art, , alors qu’un dramatique accident ayant coûté la vie à une adolescente est survenu le matin même à un passage à niveau à Pont-à-Celles.

Ce chantier illustre la politique de suppression de passages à niveau que mène Infrabel en vue de renforcer la sécurité sur le réseau ferroviaire belge et ainsi réduire le nombre d’accidents. Bien que le nombre d’accidents à des passages à niveau a atteint un seuil historiquement bas avec 38 faits recensés en 2018, contre 51 en 2017, le nombre de victimes reste cependant stable. En 2018, neuf décès ont à nouveau été dénombrés ainsi que trois blessés graves.

A Milmort, deux passages à niveau seront supprimés sur la ligne 34 «Liège-Hasselt», soit le 21 (rue Lambotte) et le 22 (rue Bovendael). L’endroit est jugé potentiellement dangereux.

Le chantier a démarré en septembre 2018 et consiste actuellement à créer des couloirs sous-voies, avec rampe d’accès, destinés aux piétons et cyclistes. «Un pont sera aménagé au-dessus des voies de chemin de fer pour la circulation des véhicules et une nouvelle voirie sera créée», précise l’ingénieur en charge du chantier.

L’investissement s’élève à 4,5 millions d’euros. Les travaux sont annoncés jusqu’au printemps 2020. A terme, ce sont neuf passages à niveau qui auront été supprimés, en dix ans, sur cette ligne 34.

Par ailleurs, dès la mi-2019, Infrabel va introduire une carte d’identité à chaque passage à niveau public et doté d’une signalisation active (au nombre de 1.429). «En cas d’appel au secours, on a constaté que les gens ne savent pas souvent situer précisément les lieux. On apposera donc une affichette qui reprendra les informations de chaque passage à niveau et qui devrait ainsi permettre d’intervenir plus rapidement», souligne Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel.