GRÈVE NATIONALE

Grève nationale: le point sur les perturbations à Namur

Grève nationale: le point sur les perturbations à Namur

Une soixantaine de piquets de grève annoncés mercredi en région namuroise BELGA/WIM HENDRIX

De nombreuses perturbations sont prévues mercredi dans la région namuroise en raison de la grève nationale organisée en front commun par la FGTB, la CSC et la CGSLB.

Le point sur le TEC: 25% des voyages sont assurés.

Aucun grand rassemblement n’est annoncé, mais au moins une soixantaine de piquets sont programmés dans de nombreux secteurs, ont indiqué mardi les syndicats.

Barrage filtrant dans le zoning de Seilles: les camions des fournisseurs ne passent pas

En région andennaise, de nombreuses entreprises sont à l’arrêt ou au ralenti. Dans le zoning de Seilles (Andenne), les sociétés Père Olive ou Puratos, de gros employeurs de la région, sont largement touchées par ce mouvement de grève. C’est un peu moins le cas chez Farniente, la société spécialisée dans la fabrication de lasagnes. «C’est un barrage filtrant. On distribue les tracts, on ralentit la circulation mais les travailleurs passent», signale Denis Grégoire, pour la CSC. «Par contre, les camions des fournisseurs sont bloqués.» En tout début d’action, un transporteur a forcé le passage. «On n’est pas là non plus pour créer des incidents, avec des blessés», continue ce syndicaliste.

Air Product et Carwall à Keumiée (Sambreville), le dépôt de Aldi aux Isnes (Gembloux), Mondelez à Rhisnes, ainsi que Materne et Ariston à Malonne font également partie des sites concernés.

Un piquet est aussi prévu au parc à containers du BEP au zoning de Malonne. Le secteur des carrières suivra également le mouvement, que ce soit chez Carmeuse (Seilles), Lhoist (Jemelle) ou Dolomies (Marche-les-Dames). Il en va de même pour le chantier naval Meuse&Sambre (Beez), les entreprises de construction Stùv (Bois-de-Villers) et Remacle (Florennes), AGC Glass (Moustier-sur-Sambre), ou encore les ateliers protégés de Beauraing et Florennes.

Des piquets devant les plus gros supermarchés de la région namuroise

De grandes chaînes de magasins vont également être ciblées. Ce sera de la Galeria Inno du centre de Namur. Un piquet est aussi prévu devant le Quick de Jambes.

Du côté de la grande distribution, l’impact est également important. «Les Mestdagh d’Eghezée, Bouge, Belgrade ou Jambes sont fermés ou vont fermer», épingle Evelyne Zabus, permanente CNE. «C’est le cas aussi du Colruyt et du Carrefour de Jambes, des Delhaize de Bouge et de Jambes.» Des piquets sont également organisés devant la plupart des Aldi et Lidl de la région namuroise. Certains H&M et Brico sont également touchés par le mouvement.

L’action va-t-elle être menée jusqu’en fin de journée, pour les principaux magasins de distribution du namurois? «Cela dépendra des équipes qui forment les piquets. Mais une chose est sûre, si l’action est menée jusqu’à 17 heures, il est impossible pour la direction de pouvoir organiser la réouverture pour la fin de journée. On ne peut pas mobiliser du personnel pour trois heures», rappelle Evelyne Zabus.

Étant donné la vague de licenciements en cours, la plupart des Proximus Center seront fermés, que ce soit à Namur, Dinant ou Flawinne.

Perturbations dans le service public

Le Forem et l’ONEM figurent également parmi les nombreux piquets annoncés, tout comme le service scanning du SPF Finances à Jambes. Le site de l’Union des classes moyennes (UCM) à Wierde sera aussi «l’un des principaux points stratégiques en vue de l’obtention d’un meilleur salaire minimum», a indiqué Guy Fays.

Les cheminots distribueront eux des tracts à proximité des Bas-Prés (Salzinnes) et à la gare de Namur, alors qu’un blocage des voies fluviales est annoncé à l’écluse du pont des Grands Malades. De son côté, le Tec a indiqué mardi que seuls 61% des bus devraient circuler dans la province.

Si aucune fermeture n’est annoncée concernant les services communaux, le fonctionnement des écoles, universités et autres crèches sera certainement perturbé. Il en va de même pour le palais de justice et les administrations. En outre, une distribution de tracts est prévue devant l’hôtel de ville de Namur.

Enfin, des actions de sensibilisation sont planifiées au CHU (Namur et Godinne) et à la clinique psychiatrique Le Beau Vallon (Namur).