BRABANT WALLON

Grève nationale: le point sur les perturbations en Brabant wallon

Une cinquantaine d’employés de GSK bloquent depuis 6h00 l’accès à GSK, à Wavre. Seule 300 employés (sur 9.200) sont autorisés à passer pour assurer la sécurité du site. eda

La Belgique tourne au ralenti ce mercredi 13 février en raison de la grève nationale. Transports en commun, ports, collecte des déchets, entreprises, poste, hôpitaux, zonings ou centres commerciaux sont impactés. On fait le point en Brabant wallon.

Le Brabant wallon est impacté à plusieurs niveaux par la grève nationale, c'était attendu.

+ LIRE AUSSI| Grève nationale: des vols liés à l’OTAN déviés vers la base de Beauvechain

+ LIRE AUSSI| Philippe Leclercq: «Une mobilisation exceptionnelle en Brabant wallon» 

Les transports en commun

Suite à la participation de plusieurs membres du personnel à ce mouvement lancé en front commun par les trois organisations syndicales, d'importantes perturbations sont prévues sur le réseau TEC. Pour l'heure, 17% des parcours sont assurés au TEC Brabant Wallon. Les transports scolaires sont assurés normalement. 

Si l'espace TEC de Wavre est ouvert, ce n'est pas le cas du dépôt de Jodoigne, d'Ottignies, de Baulers et de Chastre.

+ Retrouvez ici la liste des parcours supprimés

Tous les recyparcs de l’inBW fermés sauf celui de Chaumont-Gistoux

La grève nationale aura un impact sur certaines activités et certains sites gérés par l'intercommunale inBW. Voici les principales perturbations attendues: 

"D’après les informations qui nous sont parvenues, un seul de nos recyparcs devrait être ouvert à la population, à savoir celui de Chaumont-Gistoux. Les seize autres devraient rester fermés, notre personnel s’étant déclaré en grève", indique le communiqué de l'in BW.

L’accès à différents parcs d’activité économique gérés par in BW est difficile, c'est également le cas sur certains sites industriels tels que la sablière de Mont-Saint-Guibert dans laquelle in BW exploite un centre de transfert et de prétraitement de déchets.

Enfin, la plupart des collectes de déchets en porte-à-porte prévues ce mercredi 13 février seront perturbées ou postposées aux jours suivants. La collectes des emballages PMC (sacs bleus) à Beauvechain, Chastre, Court-Saint-Etienne, Mont-Saint-Guibert, Villers-la-Ville et Walhain à reportées à ce samedi 16 février; la collectes des papiers-cartons à Rixensart et Waterloo à reportées à ce samedi 16 février ; la collecte des ordures ménagères / déchets résiduels à Chastre, Mont-Saint-Guibert, Perwez et Rixensart est reportée à ce jeudi 14 février ; la collectes des ordures ménagères à Genappe, Grez-Doiceau, Ittre, La Hulpe, Lasne, Nivelles et Walhain est maintenue ce mercredi 13 février. 

Les autres services proposés par l'intercommunale (distribution d’eau potable, plates-formes de compostage de déchets verts, centres de dépotage de gadoues de fosses septiques, Crématorium du Champ de Court,...) ne devraient a priori pas être impactés.

Les shoppings et la grande distribution

Les syndicats annoncent la fermeture du Shopping Center de Nivelles, du carrefour du Douaire à Ottignies, des Carrefour Hyper de Bierges (Wavre) et Mont-Saint-Jean (Waterloo), du Brico de Wavre, de plusieurs Delhaize (Nivelles, Tubize, Wavre, Ottignies…) et Mestdagh (Nivelles, Tubize, Genappe) ainsi que des implantations brabançonnes wallonnes de Lidl, Aldi et Renmans.

La société Asphalis, à Wauthier-Braine, sera fermée ce mercredi.

Les zonings et entreprises bloqués

Plusieurs zonings et dépôts logistiques ainsi que d’importantes entreprises sont à l'arrêt comme Clarion, à Louvain-la-Neuve; Cenexi et Polypeptide à Braine-l’Alleud; UCB à Braine-le-Château ou encore Mamma Lucia à Nivelles.

Les sites de GlaxoSmithKline (GSK) de Wavre et de Rixensart sont bloqués. "Environ 300 personnes sur 9.200 travailleurs sont autorisés à passer pour assurer la sécurité de l'entreprise", précise Philippe Leclercq, président de la FGTB-BW. 

Le zoning Fleming de Louvain-la-Neuve, le zoning de Nivelles et celui de Saintes sont aussi bloqués.

 Les entreprises de travail adapté Axedis et Village n°1 sont également impactés.

 

Cette vaste mobilisation fait suite à l’échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020.