«Je me souviens bien de notre premier concert au parc Élisabeth de Bastogne. Pas loin de 300 personnes étaient présentes alors que nous n’avions jamais poigné dans un instrument de musique six mois auparavant, se souvient Nicolas Scohier, guitariste du groupe Ardenne Heavy, de Bastogne.

Nous étions trois potes à la sortie de l’adolescence, tous fanatiques de Metallica, un groupe de heavy metal américain originaire de Californie. On assistait aussi aux concerts metal et rock de la région. Et un jour, sur un coup de tête, on s’est dit «pourquoi pas nous?»».

Nicolas Scohier et Ludovic Meunier s’offrent alors leur première guitare, tandis que Simon Gaudron se paie une batterie. «Nous apprenions l’instrument sur youtube durant la semaine et nous retrouvions le week-end pour répéter dans nos garages et chambres d’amis», reprend Nicolas. Le groupe prend vite de la bouteille et se dégote son bassiste actuel, Cédric Pieltain. Nous avons porté le nom de Dark Heaven durant cinq ans avant de se rebaptiser Ardenne Heavy en 2010, un jeu de mot qui associe deux genres musicaux qui nous qualifient bien: le «Hard» et le «Heavy».

Le groupe foule alors des scènes plus prestigieuses, notamment le Ward’in Rock, le Durbuy Rock Festival, L’Entrepôt à Arlon et La Guerre des Gaules à Liège. Il intègre aussi une cinquième recrue, Loris Caseau, 20 ans, avec qui il sort son premier album long format: No Nuts, No Glory. «Nous tenions à marquer notre appartenance à Bastogne, la Nuts City. Le nom fait également référence à une devise des soldats américains durant la seconde guerre mondiale affirmant: «no guts, no glory» qui signifie littéralement «pas de tripes, pas de victoire», termine Nicolas Scohier.