Strée: ils aimeraient mettre en valeur le cimetière (classé)

Ce samedi, un groupe de travail s’est réuni pour réfléchir à la mise en valeur de ce patrimoine classé. Un archéologue les accompagnait.

On ne le sait pas forcément, mais l’église de Strée, son cimetière (désormais inutilisé), son ancienne chapelle et la fontaine Sainte-Geneviève constituent un site classé au patrimoine de la Région wallonne. Hélas, ces endroits ne sont pas mis en valeur, et peu de gens s’arrêtent pour les contempler. Le groupe de travail patrimoine qui réunit des Modaviens, a donc décidé de lancer un projet de réaménagement du cimetière pour lui rendre ses lettres de noblesse. Il s’est réuni ce samedi pour réfléchir à comment mettre en valeur ce patrimoine.

Depuis le XIIe siècle, de grandes personnalités de Strée ont été enterrées dans ce cimetière. Aujourd’hui, seules quelques croix sont encore visibles. Les autres ont été ensevelies ou volées. Avant que tout disparaisse, ils veulent créer une aire de repos ou une étape de promenade pour attirer l’attention des habitants sur ces vestiges. Certaines croix datent du XIXe siècle et ont été finement taillées. Ce serait donc également une façon de mettre en avant le travail de la pierre de la région.

Samedi, les membres du groupe de travail avaient fait appel à un archéologue pour les aiguiller dans leur projet et répondre à leurs interrogations. Une des premières questions des citoyens: serait-il utile de faire des fouilles? En effet, Strée a une longue histoire, et ses sols cachent peut-être des vestiges romains. En 1969, une pierre de l’époque romaine dédicacée à la déesse Virathétis avait été retrouvée sous l’autel de l’église. Cette pierre y est toujours visible. Mais, pour l’archéologue, des fouilles seraient inutiles. En effet, les seules choses à trouver sur 3m de profondeur sont des ossements des corps enterrés depuis 9 siècles.

Chercher des subsides

Par contre, il adhère au projet. Selon lui, ce patrimoine a du potentiel, il doit être conservé. Mais tout n’est pas si facile. Par exemple, les citoyens avaient pensé relever les croix couchées, mais, en réalité, les remettre en contact avec l’air, pourrait les endommager. Et puis surtout, on ne peut pas faire ce qu’on veut sur un site classé. Il faut demander un certificat patrimoine qui autorise la modification du site existant. Des subsides pourraient également être obtenus du côté de la Région et de la Commune.

La prochaine étape du projet est donc administrative. Il va falloir rendre plusieurs dossiers pour pouvoir améliorer l’endroit.

Marc Lambotte, passionné d’histoire

Strée: ils aimeraient mettre en valeur le cimetière (classé)
Marc Lambotte aimepartager ce qu’il sait du patrimoine Heymans

Marc Lambotte fait partie du groupe de travail patrimoine. Le projet de conservation du cimetière lui tient à cœur. Grand passionné d’histoire, il avait déjà réalisé un inventaire des croix de ce cimetière il y a plusieurs années. Il constate que certaines ont disparu. Il est donc grand temps de protéger ce qui reste.

Pour le groupe de travail patrimoine ses connaissances en histoire sont un atout. Devant la fontaine Sainte-Geneviève, il a conté les vertus bénéfiques de l’eau de cette fontaine pour la peau. Les gens y viennent avec des mouchoirs et, après les avoir trempés dans l’eau, ils les accrochent à la fontaine.

Strée: ils aimeraient mettre en valeur le cimetière (classé)
Une fontaine bénéfique Heymans

Après tant d’années, il est toujours surpris du nombre de tissus. «Les ouvriers communaux viennent régulièrement les ramasser, mais d’autres réapparaissent toujours ».

Pour partager ce genre d’anecdotes, Marc a récemment réalisé un fascicule de promenade avec des haltes devant des éléments du patrimoine local.