TENNIS

Johan Van Herck: «Une défaite, pas un échec»

Johan Van Herck: «Une défaite, pas un échec»

Johan Van Herck BELGA

La Belgique n’a pas résisté aux assauts et à la solidité française dans son quart de finale de Fed Cup disputé ce week-end au Country Hall de Liège. Le capitaine voulait se montrer constructif.

Déjà malmenée samedi par Alizé Cornet (WTA 51), Elise Mertens, 21e joueuse du monde, n’aura pu renverser la tendance face à Caroline Garcia, 19e mondiale, dimanche, manquant les occasions de relancer la Belgique menée déjà 2 à 0 à l’issue de la première journée. Les Belges s’inclinent au final 1 à 3 et devront disputer un barrage en avril. «C’est une défaite, pas un échec», a commenté Johan Van Herck.

Samedi, la France avait conquis les deux premiers points grâce, déjà, à Caroline Garcia, victorieuse en trois sets d’Alison Van Uytvanck (WTA 50): 7-6 (7/2), 4-6, 6-2, et Alizé Cornet (WTA 51), tombeuse d’Elise Mertens en deux manches: 7-6 (8/6), 6-2. Deux matches ayant dépassé les deux heures de jeu.

Dimanche, il n’aura fallu qu’une 1 heure et 17 minutes à Caroline Garcia pour enfoncer Elise Mertens dans ses doutes, 6-2, 6-3.

Pour l’anecdote, le double qui s’est encore joué après le troisième point décisif a vu la victoire de Kirsten Flipkens et Ysaline Bonaventure sur Pauline Parmentier et la jeune Fiona Ferro (6-3, 3-6, 10/6).

C’est la France qui se qualifie ainsi pour les demi-finales (les 20 et 21 avril) face à la Tchèquie ou la Roumanie. «Les filles ont été fantastiques, ce n’est que du bonheur», jubilait Julien Benneteau, 37 ans, pour sa première en tant que capitaine de l’équipe de France. «On redoutait cette équipe de Belgique, mais je suis très fier de la manière dont les filles ont joué.»

La Belgique devra, elle,, comme l’an dernier, passer un barrage (20-21 avril aussi) pour rester dans le Groupe mondial. Elle connaîtra son adversaire mardi (13h00) à l’issue du tirage au sort effectué à Londres.

Ce qui n’était pas dans les plans de Johan Van Herck. «Je ne parlerais pas d’un échec, mais d’une défaite. C’est sûr que c’est une défaite qui fait mal, mais dont on va apprendre. On va analyser, évaluer, pour progresser et être mieux en avril», expliquait le capitaine belge à l’issue du week-end. «Je ne suis pas quelqu’un qui utilise des mots comme «échec». Les deux défaites de samedi ont fait mal, c’est sûr. On a eu des occasions. Et on a vu aussi que Garcia a poursuivi sur sa lancée aujourd’hui. Elle a fait un grand match et, encore une fois, des petits détails ne sont pas tombés pour nous. Il faut continuer pour travailler. Cette équipe a un potentiel énorme pour le futur. Nous sommes déçus, c’est sûr, nous espérions mieux, mais cela n’enlève rien aux espoirs placés dans ces joueuses. Il y a un noyau de joueuses intéressant. Il y a celles qui sont ici, Yanina reste sur un bon niveau, on a encore Greet Minnen.»