TOURNAI

Tournai: les Gilets Jaunes défendent le pont des Trous

Une quinzaine de Gilets jaunes tournaisiens ont montré leur mécontentement ce dimanche près du pont à Trous. Ils dénoncent une décision purement économique contre le gré de la population.

«Défendons notre patrimoine!»: voilà l’un des slogans des Gilets jaunes tournaisiens. Ils s’étaient faits plus discrets dans les rues de la cité des cinq clochers ces derniers temps. Cependant, le récent feu vert pour les aménagements aux abords du pont des Trous a remis du feu aux poudres.

«Nous gilets jaunes de Belgique, citoyens, défenseurs du patrimoine culturel, nous nous opposons aux modifications du pont des Trous pour la seule raison économique privée, écrivent-ils dans un communiqué. Les citoyens (ne)s tournaisien (ne)s, se sont opposé(e)s par le biais du referendum et de pétitions contre toutes modifications structurelles et esthétiques. Nous demandons au service public de wallonie d’annuler les travaux d’élargissements et de respecter la volonté des citoyens. Nous demandons également aux représentants locaux d’écouter leurs concitoyens et ne pas céder aux questions économiques.».

Les Gilets jaunes dénoncent donc le capitalisme qui risque de détruire l’un des plus «prestigieux vestiges militaires médiévaux de Belgique. Point d’orgue de l’histoire tournaisienne et belge».

Munis de fumigènes, banderoles, braseros, ce sont donc une quinzaine de Gilets jaunes se sont installés dès 11 heures ce dimanche avec l’intention d’y rester jusqu’au minimum lundi matin. «Ce soir, ça va faire du bruit! », ont-ils ajouté en précisant avoir de nombreux artifices.

En attendant, quelques tournaisiens intrigués se sont joints à leur cause: «C’est le symbole du pouvoir politique qui marche sur la culture et la démocratie. Tout ça pour de l’argent», a déclaré l’un des passants.

Des flyers ont également été distribués aux endroits clés de la ville pour appeler les tournaisiens à unir leurs forces contre l’austérité ce samedi 16 février dès 13 heures à la Plaine des Manœuvres.

«Nous demandons une justice sociale et écologique. Un monde plus juste pour nous, pour nos enfants, où l’argent, le capitalisme et l’individualisme laisseraient place à la solidarité, à la conscience collective et à la liberté du peuple dont trop souvent les bruits sourds ne sont pas entendus», ont conclu les Gilets jaunes tournaisiens, déterminés à montrer qu’ils n’ont pas délaissé leur ville de leur combat.