L’ancien bourgmestre emblématique de Lontzen, Alfred Lecerf, est décédé

L’ancien bourgmestre emblématique de Lontzen, Alfred Lecerf, est décédé

Après 24 années aux commandes de la commune de Lontzen en majorité absolue, Alfred Lecerf a passé. Romain RIXHON

Alfred Lecerf, l’ancien bourgmestre de Lontzen, est décédé ce jeudi à l’âge de 70 ans, a indiqué vendredi Patrick Thévissen, l’actuel maïeur, qui lui a succédé le 3 décembre dernier.

A la tête de la commune germanophone (de 5 700 habitants) durant 24 ans, avec la liste Union, Alfred Lecerf, membre du Christlich Soziale Partei, ne s’était pas présenté aux dernières élections. Celui qui fut conseiller communal pour la première fois en 1989 a d’abord siégé sur les bancs de l’opposition avant de devenir bourgmestre, en majorité absolue, à partir de 1995. Il s’est éteint jeudi tard dans la soirée à l’âge de 70 ans, à l’hôpital d’Eupen, où il avait été admis mardi. Il s'en est allé entouré de son ex-épouse.

Juste avant les élections communales, il nous confiait son amour pour sa ville: «C’est le lieu où j’ai passé ma vie, ma jeunesse. Je suis venu y habiter avec mes parents quand j’avais trois ans. Aujourd’hui, j’en ai 70. Lontzen est une commune à facilités très ouverte. C’est toute ma vie, ma jeunesse, mes loisirs, ma carrière politique à travers 30 ans de vie communale.»

Si il laissait les commandes de sa ville sans regret, il avait encore des projets: « J’ai eu des propositions et j’ai été approché par quelques institutions pour travailler en tant que consultant. Je ne compte pas m’arrêter, je ne veux pas tomber dans un trou. Je ne peux pas ne plus rien faire du jour au lendemain. Côté loisirs, je suis aussi amateur du Sporting d'Anderlecht et de l’AS Eupen. J’ai aussi une attache à Nieuport, j’aime beaucoup la côte belge. C’est un endroit où je compte aussi passer du temps.»

Outre la politique, Alfred Lecerf était fort investi dans les mondes associatif et sportif. Il a été président de la chorale du couvent Herbesthal-Baum, grand animateur des festivités carnavalesques (c'est lui qui fut l'instigateur du Jeudi des Femmes local), co-fondateur de l'unité des scouts d'Herbesthal, acteur premier du passage de courses cyclistes sur le territoire communal (Tour de France, Tour de Wallonie, Tour de la Province de Liège,...), en plus du Beau vélo de RaVEL.

«Le sentiment du devoir accompli»

Du haut de ses 57 ans, le conseiller communal Roger Franssen, candidat à la succession d’Alfred Lecerf en octobre dernier sur « leur » liste Union, se définit lui-même comme « son compagnon de route le plus ancien ».


Les deux hommes ont appris à se connaître à partir de 1989, sur les bancs du conseil : Franssen dans la majorité, Lecerf dans l’opposition. « Nous avons ensuite décidé de lancer une liste commune, à tendance sociale-chrétienne : Union – le nom ? Son idée… ou la mienne, je ne sais plus (sourire) », se souvient le juriste de profession.


« Alfred était un homme impliqué, concerné. Un homme d’équipe, de projet. Qui connaissait ses faiblesses, aussi : pas très ordonné, il n’était pas fait pour les finances. C’était à moi, ou un autre, de m’en occuper. Nous fonctionnions en duo, en tenant compte des points forts de chacun. 70 ans, ce n’est pas un âge pour partir. Peut-être était-ce la fonction qui le maintenait en bonne santé… Il y a un temps pour être, et un temps pour partir : il le disait souvent, il l’a fait. Et il part avec le sentiment du devoir accompli, vraiment. »

+ LIRE AUSSI| Alfred Lecerf: «Lontzen, ma jeunesse, ma vie, ma carrière»