FRASNES-LEZ-ANVAING

L’échevin Jacques Dupire crie à la cabale

L’échevin Jacques Dupire crie à la cabale

Jean-Luc Crucke et Jacques Dupire (à droite) ne regardent plus dans la même direction… ÉdA

Le premier échevin frasnois nie avoir rédigé le moindre «faux». Il pense payer sa liberté de pensée dans le groupe libéral.

«J’ai la chance de pratiquer une profession axée sur l’humain et très éloignée des luttes de pouvoir et de la méchanceté du monde politique, explique Jacques Dupire dans un communiqué. Je confirme n’avoir rédigé aucun faux en écriture, aucun certificat médical de complaisance, aucun certificat dont le contenu serait non conforme à la réalité.» Le médecin rappelle que les électeurs, en grand nombre, lui ont accordé leur confiance «en raison du travail que j’ai pu réaliser au sein de ma commune durant plusieurs années.»

Une attaque indigne

«Laisser sous-entendre que j’aurais rédigé un faux document dans le but d’obtenir une procuration en ma faveur n’a évidemment aucun sens, fait valoir le premier échevin. Il s’agit d’une attaque politique indigne à quelques mois de prochaines élections.

Le respect dû à l’électeur m’a toujours conduit à ne pas me comporter comme un mouton approuvant n’importe quelle décision dès l’instant où l’humain pouvait se retrouver exposé.»

Jacques Dupire pense, dit-il, payer le prix de son opposition dans le cadre de plusieurs dossiers sensibles tels que celui de la zone de police ou celui du terrain de rugby: «Ainsi, pour ce dernier dossier, en tant que médecin, je ne pouvais pas approuver le choix de matériaux potentiellement cancérigènes alors qu’existaient des alternatives moins rentables pour certains mais totalement inoffensives pour la santé et l’environnement.» (NDLR: pourtant, au conseil communal du 19 mars 2018, évoquant les risques pour la santé représentés par un gazon synthétique, l’échevin s’était voulu rassurant et avait déclaré: «Derrière, il n’y a rien !»)

Du chantage?

Jacques Dupire nous a confié que suite aux accusations dont il faisait l’objet (la rédaction d’un certificat médical signé par un confrère…), il avait été convoqué par le bureau restreint du MR local, où on l’aurait assuré que ces soupçons ne seraient pas révélés tant que l’enquête était en cours mais surtout que s’il rendait son tablier (ou son écharpe mayorale), toute action s’arrêterait…

Le bourgmestre empêché Jean-Luc Crucke dit ne rien savoir de tout cela, d’autant qu’aucun membre du Collège ne siège dans cette instance.

Même si une instruction est ouverte à son encontre et qu’il semble poussé vers la sortie par les siens, Jacques Dupire reste le premier échevin de la Commune de Frasnes-lez-Anvaing.

Mais il ne serait guère étonnant qu’une motion de méfiance individuelle, à terme, déposée à son encontre par la majorité…

Jacques Dupire termine son communiqué en déclarant: «Enfin, il est évident que j’apporterai ma collaboration à la justice de façon à ce que toute la lumière puisse être faite quant aux accusations fallacieuses portées à mon encontre


Nos dernières videos