CHALLENGE BW

Raphaël Durviaux, le passager de la pluie

Raphaël Durviaux, le passager de la pluie

Raphaël Durviaux a remporté la première épreuve de l’année. Pourtant, rien ne dit qu’il fera d’autres incursions sur le Challenge BW en 2019. ÉdA

Le Namurois s’est imposé pour la première fois sur le parcours sélectif de l’épreuve nivelloise. Sous un ciel pluvieux et venteux.

Le Challenge BW cuvée 2019 a pris son envol ce samedi à l’occasion du jogging Sainte-Gertrude. L’épreuve nivelloise, qui ouvre traditionnellement la saison brabançonne, espérait, pour le coup, battre son record de participation et flirter avec la barre des 2 000 participants. Les organisateurs ont dû déchanter, pour se contenter d’environ 1 500 joggeurs.

«La météo était exécrable, déplore Cédric Biot, l’un des responsables nivellois. Mais au vu des conditions, c’est tout de même un nombre appréciable.»

De fait, en termes d’inscriptions, le jogging de ce samedi se classe tout de même à la seconde place des épreuves les plus fréquentées au cours des dix dernières années. Ces statistiques donnent un peu plus de relief encore au succès de Raphaël Durviaux. L’athlète namurois a franchi la ligne d’arrivée en solitaire, dans un chrono de 33.58.

«Après le premier kilomètre, je me suis retrouvé seul avec Sergio Strollo, confie-t-il. J’ai fini par le décramponner vers le 4e kilomètre.»

C’est le premier succès du coureur fernelmontois sur le tracé aclot. «Lors de ma dernière participation, il y a trois ans, j’avais pris la seconde place. J’ai retrouvé un parcours dont les spécificités se sont rappelées à moi au fur et à mesure. Il présente le genre de relief que j’apprécie: roulant et cassant à la fois. Après, il a fallu composer avec la météo. Lorsqu’on court avec la pluie et le vent de face, on le sent. Mais ça va, on a connu pire.»

Raphaël Durviaux présente un profil tout indiqué pour prétendre, déjà, à la victoire finale dans le Challenge Brabant Wallon. Ses priorités sont cependant ailleurs. «C’est toujours un plaisir pour moi de participer aux épreuves brabançonnes, confie-t-il. J’aime l’ambiance du Challenge BW, elle est très conviviale. Pourtant, rien ne dit que j’en ferai encore une autre cette année. Mon plaisir, c’est de voyager d’une course à l’autre, à travers les provinces wallonnes et en Flandre.»

Chez les dames, c’est la Bruxelloise Dorothée Cupers qui s’est montrée la plus rapide, dans un chrono de 42.09.