BRUXELLES

«Apple, paye tes impôts!»: ils envahissent l’Apple Store pour plus de justice fiscale

500 millions d’euros: c’est la somme qui échappe à la Belgique en raison de l’évasion fiscale d’Apple. Du moins selon le collectif de citoyens qui a pris d’assaut l’Apple Store de la Toison d’Or, à Bruxelles, réclamant «plus de justice fiscale».

«Apple ne paye pas d’impôt en Belgique. Et une centaine de citoyens réclament plus de justice fiscale. Nous avons des immenses Pac Man qui mangent des euros: ils symbolisent les euros que Apple mange, qu’elle doit mais ne veut pas payer».

Ils étaient une centaine à s’être donné rendez-vous à l’Apple Store de l’avenue de la Toison d’Or à Bruxelles ce samedi. Motif: exiger plus de justice fiscale envers les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), les géants de l’internet qui échappent à l’impôt malgré les millions qu’ils engrangent chez nous. Toute l’action était retransmise en direct sur Facebook.

Les activistes, dont des membres du collectif «Gang des Vieux en Colère», sont sortis de nulle part. Certains étaient déguisés en Pac Man, ce petit personnage rond et jaune qui remonte à la préhistoire du jeu vidéo et qui gobe des pastilles dans des labyrinthes, pourchassé par des fantômes. «Les Pac Man mangent des euros, ça symbolise tout ce que les actionnaires se mettent en poche et qui ne finance pas les services publics», commentait un des activistes sur place lors de l’action.

«Si Apple payait ses impôts au taux en vigueur en Belgique, soit de 33,99%, elle aurait payé depuis 2002, 500 millions d’euros de plus. C’est l’équivalent du salaire de 10.000 infirmières pendant un an», assurent les militants, qui ont aussi laissé des tags sur la vitrine de la boutique du géant de l’informatique. Les activités d’Apple en Europe sont centralisées en Irlande, permettant d’éluder l’impôt.

La police est arrivée quelques dizaines de minutes après le déclenchement de l’action. Les policiers «en nombre et appelé par Apple» ont fait cesser le flashmob. Les militants étaient alors couchés au sol pour figurer un «game over». Ils ont dû, comme de nombreux clients, montrer leurs cartes d’identité. Les portes du magasin ne se sont rouvertes qu’après.

Le collectif de militants réunis sur Facebook sous la bannière de Flashmob Fiscal Justice n’en était pas à son coup d’essai puisqu’Ikea et McDo ont aussi été ciblés par leurs actions.