Après l’Epi et le Volti, voici l’Ardoise, une nouvelle monnaie locale qui concerne les communes de Bertrix, Bièvre, Bouillon, Daverdisse, Gedinne, Herbeumont, Paliseul, Vresse-sur-Semois et Wellin.

À l’origine de l’Ardoise, on retrouve Marie Delvaux de Smuid, Françoise Jaumotte de Nafraiture et Nathalie Remacle de Bertrix qui raconte: «Françoise et Marie s’étaient rencontrées lors de la projection du film Demain. Un débat a suivi la projection et elles se sont dit: pourquoi pas? Elles ont réuni des proches. C’était il y a trois ans. Un noyau s’est rapidement formé et s’est élargi autour de notre trio. De seize personnes nous sommes restées à huit depuis un an et demi. Nous avons lancé notre ASBL et publié nos statuts en juillet 2018. Avec comme finalité, en résumé, le lancement d’un moyen de paiement local. Son nom «l’Ardoise» a fusé par hasard et s’est vite imprimé dans la tête des gens. Il est resté parce qu’il avait du sens vu le schiste présent dans nos régions et l’expression «avoir une ardoise» à prendre dans son sens positif, un moyen d’échange qui facilitait la vie à une époque où on attendait la paye pour régler son ardoise. La nôtre a été lancée officiellement en novembre 2018 avec la sortie de presse des billets. Nous sommes dans la gestion et la diffusion d’informations pour que les gens comprennent le bien-fondé de cette monnaie. Il y a encore des craintes. Les gens demandent si cela a du sens, ce qu’ils vont gagner ou perdre. Le fait d’adhérer à une monnaie locale, c’est fédérer les gens dans un système de consommation différent, plus conscient, avec un choix. Aller vers une certaine souveraineté de consommation aussi. À ce jour, plus de cinquante prestataires, commerces, restaurants, soins de santé, cordonniers, Centre culturel… acceptent déjà l’Ardoise.»

0496 533 904

www.monnaie-ardoise.be