OTTIGNIES

PHOTOS| Les élèves brabançons du secondaire mobilisés pour le climat

Grand rassemblement à Bruxelles ce jeudi en faveur du climat. Le mouvement des jeunes ne faiblit pas et s’étend hors de Bruxelles.

Troisième «jeudi de grève pour le climat». Si ils étaient 3000 jeunes dans les rues de Bruxelles, essentiellement Flamands, le 10 janvier dernier, le mouvement des jeunes réclamant une meilleure politique pour le climat gonflait à plus de 12 000 élèves jeudi dernier. Et aujourd’hui ? Selon les premiers chiffres ont parle de 32 000 participants.

En effet plusieurs écoles ont donné le feu vert à leurs élèves pour une participation.

Comme dans le Brabant wallon, où environ 200 élèves de plusieurs écoles secondaires brabançonnes se sont réunis à la gare d’Ottignies, dès 8 h 30 ce jeudi matin, pour se rendre, tous ensemble, à la manifestation pour le climat.

Le thermomètre affichait -1° ce jeudi matin quand Louis Cordier et ses potes, élèves en quatrième secondaire au collège du Christ-Roi, sont arrivés à la gare d’Ottignies pour rejoindre leurs amis des autres classes.

Dans le hall de la gare, des élèves du lycée Martin V et du collège des Hayeffes se réunissent, impatients, devant le tableau des départs.

Ensemble, ils ont pris le train de 9 h 18 pour rejoindre Bruxelles où se tient la manifestation en faveur du climat. «Nous voulons montrer que nous sommes solidaires et nombreux pour que nos politiques nous entendent et que les choses changent», témoigne le jeune homme de 15 ans.

PHOTOS| Les élèves brabançons du secondaire mobilisés pour le climat
La manifestation a débuté vers 10 h à Bruxelles ©ÉdA – Louis Cordier
Les professeurs du collège ottintois les soutiennent dans leur démarche en mettant en place des cours de rattrapage notamment.

"Je me réjouis de leur engagement"

Directeur du collège Saint-Étienne des Hayeffes, à Mont-Saint-Guibert, Thomas Jadin soutient les jeunes manifestants de son établissement. « Je suis heureux de l’engagement, de la prise de conscience et de la mobilisation de nos élèves face aux enjeux écologiques actuels, se réjouit-il. En 20 ans de carrière, je n’ai jamais vu ça. Nous portons, au sein de notre établissement, un projet écologique appelé “ L’école de demain ”, je ne peux donc que me réjouir. En vue de ces manifestations, j’ai confié, aux 5e et 6e le rôle de porte-voix de toute la communauté des Hayeffes.

Ceux qui veulent aller manifester doivent me remettre un billet attestant de leur engagement. Une fois cette note remise, leur absence est autorisée par la direction. (NDLR : les élèves de la 1re à la 4e, eux, doivent remettre un justificatif officiel ) C’est notre manière de nous engager. Ce serait bien que la Communauté française nous suive d’ailleurs dans notre démarche. Nous avons aussi un rôle d’éducateur à jouer : nous définissons les lignes de conduite. Nous encourageons les jeunes à se relayer, à échanger leurs notes de cours et à être de retour l’après-midi de la manif. La plupart des directeurs agissent de la même manière que moi », conclut Thomas Jadin.

 

+ Notre reportage complet à lire dans l’Avenir Brabant wallon de ce vendredi 25 janvier