30 migrants interceptés: la Ville de Waremme, vraiment hospitalière?

30 migrants interceptés: la Ville de Waremme, vraiment hospitalière?

Hesbaye Terre d’accueil: «On viendra en aide aux migrants qui le demanderont». EdA

Jocelyne Dejardin est membre de la plateforme Hesbaye Terre d’accueil, un groupe d’entraide et de soutien aux réfugiés. Elle n’était évidemment pas au courant de la «rafle» qui allait avoir lieu ce mercredi à Waremme.

«Non, c’était une rafle surprise, que j’ai apprise parce qu’un migrant m’a prévenue, explique-t-elle. Nous nous posons d’ailleurs la question de savoir si c’est bien le rôle d’un gouvernement en affaires courantes de permettre que s’opère une telle rafle.»

Jocelyne est allée au cabinet du bourgmestre. «Oui, car, vu que Waremme est officiellement une commune hospitalière (NDLR: elle a voté une motion s’engageant à améliorer l’information et l’accueil des migrants), je voulais un peu savoir ce qu’il en pensait.»

Et maintenant? «Eh bien on viendra en aide aux migrants qui le demanderont. Dans cette rafle apparemment il y avait beaucoup de femmes. Des mineurs aussi… Vous savez, comme leur nom l’indique, ce sont des migrants, ils bougent. Parfois un hébergeur n’a parfois plus de nouvelle d’une personne pendant quelques jours puis la voit revenir. Nous les aidons comme nous pouvons, comme ce sera encore le cas avec ceux qui ont été arrêtés ce mercredi et solliciteraient notre soutien.»

+ A lire | Une petite trentaine de migrants interceptés à Waremme