POLITIQUE

VIDÉO | Prévot successeur de Lutgen? «Présider un parti est compatible avec le rôle de bourgmestre»

Le bourgmestre namurois Maxime Prévot a confirmé être candidat à la succession de Benoît Lutgen à la présidence du cdH à l’issue d’un bureau de parti organisé à Namur. André Antoine a également appuyé la candidature de l’homme fort du parti humaniste.

 

 

Au lendemain de l’annonce de Benoît Lutgen de quitter la présidence du cdH, Maxime Prévot s’est exprimé à notre micro. «Le président a fait le choix de passer le relais en sérénité. C’est un choix destiné à pouvoir raviver le cdH et à lui redonner des couleurs pour affronter les élections à venir avec un maximum de force», a déclaré l’homme fort namurois.

Interrogé sur ses chances d’endosser le rôle de président du cdH, le bourgmestre de Namur a déclaré qu’il était prêt à se porter candidat. «J’ai fait part à mes collègues que j’étais disposé et motivé à poser ma candidature. La chance de présider un parti fait que c’est compatible avec l’exercice de ma fonction de bourgmestre, à laquelle je suis viscéralement attaché.»

Dans notre vidéo ci-dessus, l’interview de Maxime Prévot à la sortie du bureau du cdH de ce mercredi matin.

André Antoine: «Un acte réfléchi, courageux et prometteur»

VIDÉO | Prévot successeur de Lutgen? «Présider un parti est compatible avec le rôle de bourgmestre»
BELGA
De son côté, André Antoine a salué les choix et prises de position du désormais ex-président du centre démocrate humaniste. «Je trouve que c’est un acte réfléchi, courageux et prometteur. Réfléchi parce que Benoît a opéré des changements nécessaires pour notre parti et pour la Wallonie, tout en rejetant l’accord avec la N-VA. C’était le bon moment pour le faire. Dans d’autres partis, c’est dans les couloirs qu’on ose évoquer des changements. Ici, ils s’opèrent de manière apaisée et dans la confiance », a-t-il déclaré.

À la question du successeur de Benoît Lutgen, le président du Parlement wallon n’a pas hésité une seule seconde. Pour lui, le choix idéal serait Maxime Prévot. «Il allie à la fois l’intelligence, la générosité, le terrain et la stratégie. C’est un rassembleur et il a derrière lui une ville très importante. C’est aussi un signe que nous voulons donner: un respect de la ruralité et une présence dans les grandes villes. Par ailleurs, Maxime connaît très bien les dossiers pour avoir été ministre et connaît bien le parti pour avoir été dans la direction du temps de Joëlle Milquet», a-t-il ajouté.

Interrogé sur la chute du cdH dans les sondages, André Antoine a surtout tenu à mettre en avant les points positifs avant de déclarer que le cdH était irremplaçable. «On peut toujours voir le verre à moitié vide ou à moitié rempli. Je pense que nous avons fait de bonnes élections. Je vois le travail que font Carlo Di Antonio sur l’environnement ou Alda Gréoli en matière d’assurance autonomie. Nous voulons concilier les valeurs de l’humanisme, de l’écologie et l’efficacité et la responsabilité de gestion. C’est ce qui nous rend irremplaçable», conclut-il.

+ Retrouvez plus de détails sur le changement de présidence au cdH dans L’Avenir de ce jeudi 17 janvier, ainsi que sur tablette, smartphone ou PC.