VIDÉO| Vos papiers, s’il vous plaît: Pascal Obispo fait monter «Lucie» sur scène

C’est en fanfare et dans un concert de près de trois heures que Pascal Obispo a lancé, mardi, sa tournée 2019, au Cirque Royal de Bruxelles. Une ville qu’il adore et à laquelle il avait réservé quelques surprises. Un concert annoncé de rodage, mais déjà bien rodé et direct.

Mardi, c’est devant un Cirque Royal complet et bouillant que Pascal Obispo s’est jeté dans l’arène pour défendre un set faisant la part belle à ses chansons, nouvelles et, évidemment, incontournables. Un tour de chant riche en émotions qui a vu le chanteur de l’emblématique Fan jouer aux montagnes russes, selon sa propre expression. Outre des moments de récréations purs et durs sous des guitares acérées et un ton résolument bodybuildé au rock et aux affluences 80’s, «Pascaaaaalll» ne pouvait pas ne pas rendre un hommage touchant et intense à Maurane dans une sublime scénographie allant à l’essentiel, à fleur de peau et de Mô.

Autre moment que les nombreux fans retiendront? L’interprétation de Lucie pour laquelle l’ancien coach de The Voice a requis la participation du public… qui ne s’est pas fait prier.

«Hier, je me suis dit: ‘Tiens, quel âge a Lucie’. Vingt-trois ans! C’est moche, hein?, analyse le papa, hilare de cette jeune adulte. Y’en a qui ont pris un sacré coup de vieux! Alors, cette année, pour fêter les 23 ans de Lucie, je me suis dit qu’il y en avait forcément une dans la salle.»

Sept ans de réflexion

Où est l’élue? Les bras se lèvent un peu partout dans la salle, les décibels augmentent au fil des cris hystériques, parfois trop masculins que pour être honnêtes. «Y’a Sébastien qui va descendre dans la salle et contrôler les papiers car j’ai eu des trucs bizarres: des Lucien, des Luciole… »

«Qui est né à cause de cette chanson », interroge le Bergeracois. Un cri supplante tout. «Moooooiiiiiiiii ». «C’est vraiment le cas?» Moment d’hésitation avant un petit… «non» dans l’hilarité générale. «Mais j’ai dansé sur ta chanson à l’école », ne se démonte pas l’apprentie-Lucie.

«Non, non, c’est pas le truc, là. […] Les gens se disent que c’est l’anniversaire de Lucie et qu’il y a peut-être un deuxième tabouret là sur la scène. Et que Lucie va monter sur scène. » Après quelques échanges encore et l’arrivée de Sébastien, «chercheur de Lucie », un contrôle de papiers en bonne et due forme permet de révéler une vraie Lucie. Qui n’a pas 23 ans mais 30 ans. «Donc, ils ont attendu sept ans, tes parents? », insinue le chanteur comique. Et après encore quelques échanges dignes d’un one-man-show, la lucky Lucie monte sur scène et la chanson peut commencer.

C’est tendre, sympa, humoristique, décalé et surtout à visage humain pour une chanson qui a dépassé bien des destinées.

Après quoi, le concert a repris son look électrique et pêchu pour emmener les spectateurs jusqu’à minuit ou presque. Plus qu’une chanson d’anniversaire, Pascal Obispo a livré une réelle surprises-party, faite de nuances et de beaucoup d’amour pour son public. L’important, c’est d’aimer, Obispo ne l’a pas chanté mais tout son concert extra-large portait ce constat. Un bon équilibre pour un début de semaine belge on ne peut plus marquant et euphorisant.

Pascal Obispo jouera encore ce 16/01 au Cirque Royal, le 18/01 au Forum de Liège et le 19/01 au Palais des Beaux-Arts de Charleroi. Toutes ces dates sont sold out. L’artiste reviendra le 29/11 à Forest National.