Assises Hainaut - "Geoffrey m'a dit qu'il avait frappé le vieux avec un maillet" (témoin)

La cour d'assises du Hainaut a auditionné mardi G.F, l'homme qui a dénoncé Geoffrey Simoncini, moins de 24 heures après le crime perpétré le 25 novembre 2016, en soirée, chez Michel Robette à Jurbise. Simoncini ne conteste pas sa présence sur la scène de crime mais il conteste avoir donné des coups à la victime. "Il m'a confié qu'il avait frappé le vieux avec un maillet en bois, un objet de menuisier", a déclaré le témoin devant la cour.

Si Geoffrey Simoncini a été le premier a être arrêté dans le cadre de cette enquête, c'est parce qu'il s'était confié à G.F, lequel l'avait convié chez lui après l'avoir retrouvé près de la gare de Mons. Le second accusé, qui conteste avoir porté des coups à Michel Robette, lui a raconté les faits avec de nombreux détails.

"Il n'avait pas l'air bien. Il a raconté qu'il avait fait une connerie, qu'ils avaient tué un homme, avec Pablo et Gabriel (...) Il pleurait, voulait quitter la Belgique et parlait de se pendre (...) Il a dit que Pablo (surnom de Eric Van Hoe, NDLR) a porté des gifles à la victime, au point que Michel Robette saignait. Comme le vieux ne voulait pas dire où se trouvait le coffre-fort, Pablo lui a donné un coup de maillet à la tête. Geoffrey a dit à Gabriel de frapper avec le maillet et il a versé de l'ammoniac sur la victime pour effacer les empreintes. Geoffrey m'a aussi dit qu'il avait porté des coups avec le maillet", a déclaré G.F.

Son témoignage a été jugé crédible par les différentes parties au procès car il a fait ses premières déclarations avant l'audition de Simoncini, arrêté le même jour, et les deux autres accusés, arrêtés le 29 novembre. "Il donne des détails que personne ne connait et parle de coups de maillet. Il n'a pas pu inventer cela, tout comme le vol de 2.000 euros chez une vieille dame, les coups de pelle portés à une dame lors d'un vol. C'est donc une certitude absolue", insiste Me Mayence, avocat des parties civiles.

Me Lauvaux, avocat de Simoncini, s'étonne qu'aucune goutte de sang de la victime n'ait été retrouvée sur les vêtements de son client, lequel ne s'était pas changé.

Eric Van Hoe, quant à lui, soutient toujours qu'il ne s'est jamais rendu chez la victime. Il dit avoir attendu les deux autres près d'un cheval de bois, durant près de quatre heures. Il ne fut pas étonné de voir Simoncini revenir avec une voiture car ce dernier lui aurait dit qu'il devait aller chercher du matériel pour faire des travaux chez V.S et sa compagne. Interrogés par la cour, ces derniers prétendent qu'ils ne connaissent pas Simoncini. Ce dernier ne les a jamais vus non plus. Par contre, le couple a hébergé Van Hoe durant quelques jours, mais pas le soir des faits.

L'empreinte génétique de Van Hoe a été retrouvée sur une bouteille de bière, brisée dans la maison de la victime. Même chose pour Geoffrey Simoncini qui a consommé une Danette au premier étage. Enfin, des traces de chaussures, qui correspondent aux chaussures de Gabriel Place, ont été retrouvées dans et autour de la maison de la victime. Gabriel Place soutient qu'il n'a pas porté de coups à Michel Robette. Lui et Simoncini chargent Eric Van Hoe.

Le procès se poursuivra mercredi avec l'audition des premiers témoins de moralité.