S’il est bien un lieu qui privilégie les relations directes entre commerçants et clients, ce sont les marchés! Dans notre région, celui de Boussu a la particularité de se tenir le dimanche matin.

De là à dire qu’il fait concurrence à la messe, il y a un pas que nous ne franchirons pas. Car les horaires respectifs permettent tout à fait de concilier le salut des âmes et le bien-être des corps. Dans les rues boussutoises ainsi rendues aux piétons, on trouve littéralement de tout. Du nécessaire au superflu en passant par l’inattendu. Avec aussi quelques échoppes exotiques qui assurent le caractère multiculturel d’un rendez-vous où les olives de là-bas et les «patates» d’ici font bon ménage. Des producteurs locaux sont également présents pour proposer des denrées de plus en plus appréciées. Certes, il y a quelques années, l’interdiction d’occuper la Grand-Place afin de la transformer en parking a fait grincer les dents de nombreux marchands. Mais le public n’a pas fui. Figures bien connues du rendez-vous dominical, Edwige et Ronald Vanqueleff viennent en voisins pour vendre leurs fruits et légumes. Ils confirment: «Le changement de lieu a attiré plus de monde. Mais davantage de promeneurs que de clients. Par contre pour les cafetiers qui peuvent installer leurs terrasses quand le temps le permet, c’est un plus indiscutable». Fils et petits-fils de marchands, Ronald est bien placé pour analyser l’évolution des pratiques. Il nous résume: «Je crois que les grands marchés de la région attirent toujours du monde. Mais il faut aussi s’adapter à l’évolution des demandes. Pour ce qui nous concerne, les commandes via notre page Facebook ont la cote. De nombreux clients veulent être servis à domicile ou sur leurs lieux de travail Et comme nous livrons nous-mêmes, cela nous permet aussi de garder le contact». Autres temps, autres mœurs!