VIRTON

PHOTOS et VIDEO | La France et la Belgique vont œuvrer ensemble contre la peste porcine africaine

À l’invitation du ministre régional René Collin, le ministre français de l’Agriculture, Didier Guillaume, est venu voir sur place ce vendredi après-midi en Gaume l’importance du dispositif mis en place par la Région wallonne pour contrer le virus de la peste porcine africaine. Une épidémie qui frappe le sud de la province de Luxembourg et ses sangliers depuis le mois de septembre.

Au centre de prélèvements des carcasses de sangliers à Virton, le ministre français s’est dit impressionné par l’équipement mis en place par les vétérinaires de l’Université de Liège sous la direction du professeur Annick Linden. Depuis le début de la crise, un total de 930 sangliers ont été prélevés dans la zone, dont 299 actuellement ont été diagnostiqués porteurs du virus.

Un vide sanitaire

Lors d’une conférence de presse, le ministre français a annoncé que la Belgique et la France allaient lutter de front contre la PPA dans le cadre d’une «Task Force», mise en place dès la semaine prochaine et l’échanges de données tous les deux jours. «Les sangliers malades ne sont pas encore sur le territoire français, mais ils sont à nos portes, ayant franchi la clôture installée en Belgique (dimanche dernier entre Meix et Sommethonne). Nous ne sommes pas inquiets, mais en tout cas préoccupés. Avec l’aide des chasseurs, nous allons entreprendre un vide sanitaire, une zone blanche, à travers toute la zone française contigüe à la zone tampon belge», assure le ministre français.

En d’autres mots, tous les sangliers, selon un plan à déterminer la semaine prochaine, seront abattus dans les forêts françaises des Ardennes et de la Meuse, les plus proches du territoire des communes de Florenville, Meix-devant-Virton et Rouvroy.

Tout en trinquant à l’amitié franco-belge en consommant un orval offert par le ministre René Collin, Didier Guillaume s’est dit encore impressionné par la qualité des équipements et de la méthode déployée côté belge.

De son côté, le gouvernement wallon a décidé officiellement ce vendredi d’étendre la zone tampon – là où il y a interdiction de circuler en forêt – au territoire des communes de Meix et la partie ouest de la commune de Rouvroy.

À lire dans L’Avenir 12 janvier, sur tablette, smartphone ou PC