BAUDOUR

La FGTB discriminée chez NGK Ceramics? La direction conteste

La FGTB discriminée chez NGK Ceramics? La direction conteste

La FGTB a introduit une procédure juridique à l’encontre de NGK Ceramics. BELGA

Les instances de la FGTB ont annoncé qu’elles introduisaient une procédure juridique de discrimination à l’encontre de l’entreprise NGK Ceramics à Baudour (Saint-Ghislain). Le syndicat socialiste estime que la direction de l’entreprise «mène une croisade» contre la FGTB et ses représentants.

La relation entre la FGTB et la direction de l’entreprise NGK Ceramics à Baudour est délétère depuis plusieurs années. Selon le syndicat, tout a été tenté pour ramener le dialogue social et la sérénité mais rien n’y a fait. La coupe semble pleine du côté de la FGTB qui s’estime victime de discrimination.

Une procédure juridique est introduite ce vendredi à Mons dans cette optique, sur la base de la Loi de 2007. C’est, selon le syndicat, une première en Belgique dans le cadre d’une entreprise.

«La direction s’en prend ouvertement aux libertés syndicales», a indiqué Frédéric Michel, secrétaire régional de la FGTB. «Nous sommes clairement au-delà du conflit qu’une organisation syndicale pourrait avoir avec un employeur. Tout se règle normalement via la concertation mais, dans le cas présent, c’est impossible. Nous avons tout tenté mais nous n’avons abouti à aucun compromis, sur rien.»

La FGTB introduit ainsi une procédure judiciaire en référé contre l’entreprise NGK Ceramics. «Nous demandons, via cette procédure, que la direction arrête toute forme de discrimination envers la FGTB», a précisé Frédéric Michel.

«Nous demandons que, dans le cas contraire, tout cas de discrimination envers la FGTB soit assorti d’une astreinte de 500 euros qui sera reversée à une association luttant contre les discriminations. Nous demandons également que soit affiché au sein de l’entreprise que la discrimination envers un syndicat n’est pas acceptable.»

Licenciement contesté

Une autre procédure judiciaire de la FGTB à l’encontre de la direction est déjà en cours. «Elle concerne la mise à pied d’un délégué syndical principal et une contestation concernant un licenciement pour faute grave d’un affilié accusé de sabotage alors que nous estimons qu’il n’y a aucun indice en ce sens», a ajouté le syndicaliste.

«Nous sommes également très sensibles au phénomène des intérimaires, un dossier essentiel pour notre syndicat: nous estimons qu’ils sont très nombreux chez NGK et la direction n’apprécie pas notre proposition.»

NGK Ceramics est spécialisée dans la fabrication de substrats en céramique pour pots catalytiques de véhicules automobiles. Elle emploie actuellement quelque 400 travailleurs dont 230 ouvriers, 70 employés et cadres et une centaine d’intérimaires.

La direction conteste toute discrimination

La direction de NGK Ceramics à Baudour n’a pas manqué de réagir à la procédure lancée par la FGTB et aux propos que ses représentants ont tenus vendredi matin.

Dans un communiqué, la direction conteste les «prétendus faits de discrimination», et s’étonne de cette démarche de la FGTB «alors même que toutes les voies habituelles de conciliation n’ont pas été épuisées».

Selon la direction de l’entreprise, le Bureau de conciliation de la Commission Paritaire, «lieu habituel de résolution de ce type de conflit, n’a pas été saisi».

Des comportements «inacceptables»

NGK Ceramics constate que «cette action est manifestement menée en représailles de sanctions que la direction a dû prendre face à des comportements totalement inacceptables de certains travailleurs», évoquant notamment des faits de harcèlement et des sabotages.

La direction réfute également «les accusations de discrimination énoncées par le permanent FGTB» et signale «qu’elle adopte en la matière une attitude parfaitement similaire à l’égard de tous les travailleurs».

La direction espère, par ailleurs, que le dossier sera traité par les juridictions du travail dans un climat serein.