TENNIS

Open d’Australie | David Goffin sur la prochaine fin de carrière d’Andy Murray: «Triste, car cela arrive si vite»

Open d’Australie | David Goffin sur la prochaine fin de carrière d’Andy Murray: «Triste, car cela arrive si vite»

Andy Murray a confié qu’il peut «toujours prester à un certain niveau», mais pas celui auquel il est «heureux de jouer». AFP

David Goffin a réagi à l’annonce faite par Andy Murray, qui secoue le monde tennis. L’Écossais pourrait disputer le dernier tournoi de sa carrière à l’Open d’Australie. «Il n’y a pas si longtemps, il était encore n°1 mondial. Il jouait si bien. Et puis, tout s’effondre,» a regretté le Liégeois.

C’est l’info du jour, ce vendredi à Melbourne. En larmes, Andy Murray (ATP 230) est venu annoncer en conférence de presse que l’Open d’Australie de tennis pourrait être le tout dernier tournoi de sa carrière. L’Écossais, 31 ans, ancien n°1 mondial et vainqueur de trois levées du Grand Chelem, n’est plus en mesure de jouer normalement en raison d’une blessure récurrente à la hanche droite qu’il traîne depuis Wimbledon 2017.

«Je peux toujours prester à un certain niveau, mais pas celui auquel je suis heureux de jouer», a-t-il expliqué. «La douleur est trop forte et ne me permet plus de prendre du plaisir en match ou à l’entraînement. Wimbledon est l’endroit où j’aimerais arrêter de jouer, mais je ne suis pas certain que je pourrai y arriver…»

Et le monde du tennis est évidemment malheureux pour lui. David Goffin (ATP 22), qui n’était pas au courant mais a croisé Andy Murray à plusieurs reprises durant sa carrière – il ne l’a jamais battu en six confrontations – l’a confirmé.

«Je ne savais que cela pourrait être son dernier tournoi. Je n’ai pas suivi sa situation de près. Mais c’est triste, car cela arrive si vite. Il n’y a pas si longtemps, il était encore n°1 mondial. Il jouait si bien. Et puis, tout s’effondre», a commenté le n°1 belge.

«Il faut aujourd’hui tellement prendre soin de son corps. C’est notre principal outil pour notre métier. Mais parfois, notre corps est tellement mis à rude épreuve, comme cela a été le cas pour lui, auquel il est arrivé de jouer je ne sais combien de matches durant certaines années. Tous les efforts qu’il a produits pour devenir n°1 mondial. Il ne voulait d’abord pas se faire opérer. Puis, il a finalement tout de même dû s’y résoudre. Et là, les choses ne vont toujours pas. On a tous nos problèmes. Federer, Nadal, Djoko ont aussi dû se faire opérer un jour, tout comme moi lorsque je m’étais fracturé le poignet à l’entraînement (en 2013 avant d’affronter Israël en Coupe Davis, NDLR). Mais c’est dommage qu’un tel joueur doive arrêter en raison d’une blessure», conclut-il.