article abonné offert

BASKET-BALL

«Je ne cesse de penser à Jean»

S’il savoure à juste titre la chance qui lui est offerte, Benjamin Sinot n’oublie pas qu’il la doit au décès inopiné de notre regretté collègue, Jean Derycke: «Je me réjouis évidemment d’être ici mais d’un autre côté, la disparition brutale de Jean m’a beaucoup affecté.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 35 des 121 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?

Nos dernières videos