BRUXELLES

Prescription pour 4 hommes ayant volé les bandes-vidéo du film «Les Hommes d’argile»

Prescription pour 4 hommes ayant volé les bandes-vidéo du film «Les Hommes d’argile»

L’œuvre audiovisuelle avait néanmoins pu sortir au cinéma, six ans après, malgré d’importantes difficultés financières. Capture d’écran Youtube

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a déclaré les faits prescrits pour quatre hommes qui étaient poursuivis pour vol de matériel filmographique.

Seul le cinquième et dernier prévenu a été reconnu coupable, mais condamné à une peine légère compte tenu du dépassement du délai raisonnable.

Dans ce dossier, cinq hommes étaient prévenus pour avoir subtilisé des équipements audiovisuels et les bandes du film «Les Hommes d’argile», en 2009, après le tournage de scènes au Maroc. L’œuvre, qui évoque l’enrôlement de jeunes Marocains dans la Deuxième Guerre mondiale, avait finalement pu sortir au cinéma en 2015.

Le tribunal a suivi la défense des deux principaux prévenus, représentés par Me Sébastien Courtoy, et a déclaré les faits prescrits concernant ceux-ci mais également concernant deux autres prévenus.

Un cinquième individu, lui, a été reconnu coupable des préventions de vol et de faux. Il écope néanmoins d’une peine légère compte tenu du dépassement du délai raisonnable à être jugé.

Dans cette affaire, cinq hommes étaient poursuivis pour avoir subtilisé le matériel de tournage du film «Les Hommes d’argile» mais aussi les bandes-vidéo.

Le réalisateur, Mourad Boucif, s’était associé à deux des prévenus afin de financer la suite de son projet, interrompu en 2008 après le tournage des scènes de guerre dans le camp militaire de Marche-en-Famenne.

Selon l’accusation, ces deux prévenus avaient ensuite fait main basse sur la SPRL «Les Films de Nour», productrice du film, via un faux procès-verbal d’assemblée générale.

À la fin du tournage des scènes au Maroc, en mars 2009, le matériel cinématographique loué à deux entreprises belges, estimé à environ 150 000 euros, ainsi que les bandes-vidéo du film, avaient disparu.

L’œuvre audiovisuelle avait néanmoins pu sortir au cinéma, six ans après, malgré d’importantes difficultés financières.


Nos dernières videos