FRANCE

Le gendarme tabassé par l’ancien boxeur s’exprime: «Avec ses coups, il cherchait à tuer»

Le gendarme tabassé par l’ancien boxeur s’exprime:  «Avec ses coups, il cherchait à tuer»

Une scène de rare violence a été filmée lors des manifestations de gilets jaunes à Paris, samedi dernier. Photo News

Le gendarme tabassé lors des manifestations des gilets jaunes à Paris samedi dernier s’est exprimé. Il dénonce des coups «pour tuer, pas juste pour faire mal».

Samedi dernier, lors de l’acte VIII des gilets jaunes à Paris, des affrontements d’une grande violence ont éclaté entre manifestants et forces de l’ordre.

Une scène a particulièrement choqué: un gendarme a été mis à terre puis tabassé par un ancien boxeur sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor qui enjambe la Seine.

Cédric, le gendarme violenté, s’est vu prescrire 15 jours d’incapacité totale de travail. Il s’est exprimé au micro de Quotidien. Il dénonce un acte de violence «pour tuer».

«Quand on frappe quelqu’un, à terre, avec des coups de pied, c’est pour tuer», a-t-il déclaré, visiblement encore sonné par sa confrontation.

Le manifestant, ancien boxeur professionnel, s’est lui rendu lundi à la police et a expliqué son geste sur les réseaux sociaux.

«Je suis un gilet jaune, j’ai la colère du peuple en moi», a-t-il expliqué. Il a ensuite exprimé ses regrets: «J’ai mal réagi. Gilets jaunes, continuez le combat, pacifiquement. S’il vous plaît».

Christophe Dettinger a été placé en garde à vue pour «violences volontaires en réunion et sur personne dépositaire de l’autorité publique». Celle-ci a été prolongée ce mardi.