Ouverte en janvier dernier pour répondre à un besoin dans le quartier St-Léonard, l’école de devoirs «La Place» accueille des enfants de 6 à 12 ans pendant les périodes scolaires les lundi, mardi, jeudi et vendredi.

«La nécessité d’une nouvelle école de devoirs dans le quartier s’est imposée comme une évidence», explique Luc Pire, l’un des membres de l’ASBL. «Un groupe de volontaires a créé l’ASBL. L’idée a été lancée par une institutrice du quartier, très impliquée. On l’a suivie. L’école de devoir se tient à l’école communale du Potay». Et pour financer ce projet, l’ASBL a fait appel au système du crowdfunding (financement participatif). Une façon singulière de parvenir à monter le projet. Au sein du quartier, les écoles de devoirs sont saturées, les listes d’attentes s’allongent. Cette situation a interpellé l’institutrice Corinne Paquay. «Parfois, j’ai envie de rester plus tard le soir pour les aider», assure-t-elle. Selon elle, les élèves les plus fragiles payent le prix du manque de place. Fréquenter une école de devoir participe à leur rendre confiance en eux. Et c’est avec deux tiers de subsides publics et un tiers de dons privés que l’école est née. «Après l’accueil, les enfants reçoivent un goûter équilibré et bio de préférence, puis place à l’accompagnement scolaire et une activité ludique, pour l’instant, le hip-hop a la cote», poursuit Luc Pire. Enseignants, logopèdes ou animateurs participent à l’encadrement. «Nous recherchons toujours des bénévoles car il faut assurer le service chaque semaine», renchérit-il. L’école compte déjà 11 volontaires, une coordinatrice et accueille 18 enfants. En 2018, 2 328 goûters ont été offerts pour 4626 heures d’accompagnement scolaires et d’animations. Naturellement, on peut continuer à soutenir ce projet afin d’assurer sa pérennité. Chapeau et bon vent! Info: cocopaquay@yahoo.fr