Nandrin: Il veille les sans-abri à Liège

C’est à New-York que Serge a eu un déclic. Il voulait faire quelque chose pour les sans-abri. -

Serge Baillon voulait agir à sa petite échelle pour les sans-abri. Il est, depuis deux ans, veilleur de nuit à l’abri de l’ASBL Thermos à Liège.

C’est un voyage à New-york qui a été le déclic pour Serge Baillon, Nandrinois de 53 ans, conseiller technique dans une usine. Quand il s’est rendu compte que là-bas, les sans-abri étaient bien plus intégrés dans la vie qu’en Europe. «Ici, toute l’année, on les cache. Il y a juste pendant les fêtes et pendant l’hiver où on fait plus attention à eux mais ce n’est pas assez.» Il a donc décidé d’agir à sa manière. «J’ai entendu parler de l’ASBL Thermos (lire par ailleurs) par un ami et je me suis dit que je pouvais me rendre utile. Tous les gens n’ont pas la même chance dans la vie. J’en ai plus que d’autres, alors c’est mon devoir que de donner du temps et de l’énergie à ceux qui en ont moins. Car les autorités n’en font pas assez.»

Son rôle? Il est veilleur de nuit. «Cela signifie que je gère les chambres dans l’abri de l’ASBL, rue Chevaufosse 80 à Liège. Il y en a 24. Une fois tous les 15 jours, je fais équipe avec trois ou quatre personnes pour veiller que tout se passe bien et intervenir en cas de conflit. Je suis là de 20h30 , souvent avec des pâtisseries cuisinées par mon épouse. Nous faisons entrer les sans-abri et leur distribuons une soupe, une gaufre, une tartine, un morceau de gâteau, un petit truc pour grignoter. On passe un peu de temps avec eux. Ce qui est bien, c’est que puisque nous n’avons pas de formation spécifique, ils ne nous voient pas comme des professionnels, l’atmosphère est plus cool. L’extinction des feux se fait à 23h. Nous aidons alors à ranger un peu, à faire la vaisselle, les lessives. Puis le réveil est à 6h30 pour le petit-déjeuner, pour un départ des sans-abri vers 7h45-8h du matin.»

Angoissante, cette nuit? «Non, parce qu’il y a des règles. Une structure appréciée par les bénéficiaires: pas question de rentrer saoul ou shooté dans l’abri. Leurs affaires sont dans un casier, et ils doivent se défaire de leur veste et de leur sac pour éviter qu’ils ne prennent avec eux tout objet qui pourrait être dangereux.» Une tâche qui est donc finalement bien peu de chose pour le Nandrinois mais qui est indispensable pour que l’abri ouvre. «C’est même frustrant, dans le sens où oui, on apporte un petit quelque chose, on a un pied dedans, mais c’est tellement peu...» Au point de faire réfléchir beaucoup Serge, son épouse et sa fille sur la façon de faire un peu plus pour eux dans les années à venir...

Un abri, un restaurant social et plus de 300 bénévoles

L’ASBL Opération Thermos est née en hiver 1986-1987 à Bruxelles, créée par les scouts puis a été importée à Liège l’année d’après. Plus de 30 ans plus tard, l’ASBL Thermos Liège compte plus de 300 membres bénévoles. Elle propose de fin octobre à fin avril, un abri de nuit (24 lits) et un restaurant social (jusqu’à 120 repas servis en moyenne tous les jours). Les bénévoles, indispensables au bon fonctionnement de l’ASBL, «car sans suffisamment de bénévoles pour ouvrir l’abri, il reste fermé», sont également très solidaires entre eux. «Je suis chargé de veiller un jeudi toutes les deux semaines. Si cela ne se met pas pour moi, puisque nous travaillons souvent avec les mêmes personnes, il est tout à fait possible de leur demander de dépanner, à charge de revanche», explique encore Serge.

Intéressé par rejoindre l’équipe? Contactez la coordinatrice, Samira Chadli: 0487/559.007. http://thermos-liege.be