MEIX-LE-TIGE

Un jardin féerique à l'entrée de Meix : «Nous avons investi dans le bonheur»

A Meix-le-Tige, à l’approche du 55 rue du Tram, tous les automobilistes ralentissent, voire s’arrêtent, devant une féerie de Noël.

Passé le rond-point de Châtillon, à quelques encablures sur la gauche à la sortie d’un bois, c’est un éblouissement qui accueille l’automobiliste. Un décor lumineux absent de toute surcharge s’exprime dans des allées, dans les arbres, autour des bâtiments pour le plaisir des yeux. Un décor où circulent quelques cervidés d’une lumineuse blancheur. Un très bel ensemble générateur de bonheur que cette féerie de Noël offerte aux passants par le couple de retraités, Josine et Francis Gillet. Un couple actif, créatif qui a un jour décidé d’investir dans le bonheur.

De la déco depuis les années septante

Dès leur installation à la rue du Tram, au début des années 70, les Gillet qui ont la main verte, ont créé une bordure fleurie devant leur maison. «À l’époque, nous avions planté quelque 4 000 petits pots. Et il y a encore deux ans, ce fut au tour de 1800 bégonias». Vers 1973, les premières illuminations sont apparues dans les arbres sous forme de bougies électriques. De quoi créer le déclic chez Josine et Francis qui ont alors commencé à visiter des magasins spécialisés. «Nous nous rendions – et encore aujourd’hui – très souvent en Allemagne où le choix de décorations lumineuses est plus étoffé». De décorations en guirlandes, d’ampoules de couleurs à des lumières blanches, les Gillet ont définitivement opté pour les leds. Des éclairages loin des couleurs criardes. «C’est aussi un grand progrès au niveau de la consommation d’électricité. Il y avait aussi le danger de coupure de courant, le compteur disjonctant quelques fois lors de la mise en route d’un appareil électrique. C’est terminé depuis que nous sommes passés aux leds».

Montée en trois après-midi

Cette année, toute la décoration a été installée dans le froid en trois après-midi, selon une structure relativement différente de l’an dernier. Un véritable travail pour Francis qui a créé toute une série de raccords adaptés et grâce à son épouse qui, depuis 10 ans, classe minutieusement chaque circuit. «C’est le même plaisir chaque année», nous confie le couple qui plus que la dépense, apprécie l’investissement relativement important «dans le bonheur». Il trouve sa récompense en partageant son bonheur avec ses cinq petits enfants. Mais aussi par les coups de klaxon d’automobilistes émerveillés. «Déjà quand j’installe» explique Francis qui les voit ensuite ralentir. Voire même s’arrêter pour apprécier les installations lumineuses plus en détail.