HERSTAL

En 2021, du chauffage grâce aux déchets incinérés à Herstal

En 2021, du chauffage grâce aux déchets incinérés à Herstal

Le site d’Uvelia à Herstal. BELGA

Le chauffage urbain de Herstal deviendra une réalité en 2021. La société française Coriance a été choisie pour mettre en place ce réseau.

La société française Coriance a été choisie par la Ville de Herstal au terme d’un appel d’offres pour développer le futur réseau de chauffage urbain de la ville, a-t-on appris lundi auprès de Jean-Louis Lefevre, président d’Urbeo Invest. La société désignée concevra, construira et exploitera le réseau alors que SEPOC s’occupera, lui, de la mission de bureau d’étude.

Depuis 20 ans, Coriance développe et crée des réseaux de chaleur et de froid alimentés par des énergies renouvelables et de récupération accompagnant ainsi la transition énergétique des territoires. Le projet développé à Herstal permettra de valoriser une partie de l’énergie produite par l’incinération des déchets à l’usine Intradel-Uvélia sous forme d’export de chaleur.

«Ce partenariat nous permet de mettre notre savoir-faire au service de Herstal pour créer un réseau de chaleur alimenté à plus de 90% par la récupération d’énergie sur la valorisation des déchets et ainsi participer au développement de l’économie circulaire sur le territoire», ajoute Yves Lederer, président de Coriance.

L’entreprise française va mener durant un an des études permettant de définir le réseau tout en sollicitant les demandes de permis. Selon la ville de Herstal, les travaux pourraient démarrer au printemps 2020 avec une mise en service à la fin de l’année 2021.

Vers les ACEC

«Le projet permettra de réduire les émissions de CO2 et d’offrir une chaleur bon marché aux consommateurs finaux situés sur son parcours. La première boucle ira notamment jusqu’au site des ACEC, où nous menons un important travail de revalorisation de l’ancien site industriel. Par la suite, l’idée est d’étendre le réseau vers Liège et la Basse-Meuse», ajoute Jean-Louis Lefevre.

Ce projet représente un investissement total de 12,7 millions d’euros. Il sera subsidié à concurrence de 6,3 millions d’euros par la Wallonie et de 5 millions par des fonds européens.