CORRIDA

Demeulemeester a fait le ménage

Demeulemeester a fait le ménage

Le podium des 7,5 km: Matthys, Demeulemeester et Grandjean. ÉdA – 40840539962

Plus de 500 inscriptions par un temps à ne pas mettre un canard ni un joggeur dehors, l’organisateur se frottait évidemment les paluches.

L’Espace Senghor, situé Avenue de la Faculté d’Agronomie au cœur de Gembloux, est évidemment le cadre idéal pour organiser une épreuve de ce genre. Puis une Corrida, en général, se court le soir. Le hic? C’est qu’aujourd’hui, il vente. Et par moments, il tombe des cordes. Mais ces conditions rigoureuses ne ternissent ni l’ambiance ni la motivation des organisateurs.

Le GAG (Groupe athlétique de Gembloux) sait y faire et sa présidente, Véronique Simonart, n’est jamais la dernière à mettre la main. «Cette Corrida en est à sa cinquième édition. L’an dernier, ils étaient un peu moins de 500 au départ. Cette fois, nous avons déjà enregistré 400 pré-inscriptions. La pluie est malheureusement au rendez-vous et risque d’en refroidir plus d’un. Ces affres du temps font parties des impondérables qu’il faut affronter sans tirer la tronche. Après un échauffement zumba, on y va à fond les manettes. Enfants compris, nous sommes plus d’un demi-millier. Cette soirée promet.»

Attention à la Grand’Rue

Le GAG sait mettre les petits plats dans les grands. Cette Corrida n’est pas la seule manifestation qu’il organise. Le Trail de l’Orneau en est une autre, en collaboration avec le GTC (Gembloux triathlon club). Tout comme le jogging de Gembloux.

Samedi, en ce début de soirée, la brave Véronique propose deux distances: 5 et 7,5 km, soit deux ou trois boucles avec pour cadre le parc de la Faculté et certaines rues du vieux Gembloux. Et pas de tout repos. La longue Grand’Rue qui ramène les joggeurs jusqu’à l’Office du tourisme, n’est pas piquée des vers. Puis par cette pluie diluvienne, attention à l’aquaplaning… Il suffit qu’une semelle perde de l’adhérence par rapport au sol glissant et c’est la pelle.

Qui est qui et qui fait quoi?

Sur les 5 000 m, Cédric Hernalsteens est le premier à en terminer à la moyenne de 17,1 km/h.

«Il ne faudrait surtout pas croire qu’il suffisait de paraître pour vaincre. Oh que non! Les deux catégories ont été libérées en même temps. Dès lors, on ne sait pas qui est qui et qui fait quoi. La couleur des dossards est différente mais, dans la masse, ce n’est pas facile de faire un tri. Puis, à certains moments, dans des passages plus étroits, ça bouchonne. Il ne faut donc pas hésiter. La meilleure des solutions? Prendre la tête, imposer un rythme assez conséquent, puis attendre. Après une timide réaction des poursuivants, j’ai franchement remis une couche afin de faire le trou.»

Première dame, Olivia Delestinne a apprécié le parcours gembloutois. «Sous la pluie, ce n’est pas évident. Moi qui suis habitué à jouer au basket, ça me change… Mais cette corrida est vraiment géniale. On passe des rues de la ville aux sentiers du parc. Et là, le parcours est délimité par des milliers de petites bougies. Mais je me devais d’être très attentive car le terrain est très glissant.»

Sur la grande distance, c’est Guillaume Demeulemeester qui s’est imposé, et Juliet Champion chez les dames (lire par ailleurs).