BRUXELLES

Bruxelles Mobilité fait de l'horripilant «ver d’oreille» une chance pour votre sécurité

Voilà le genre de «ver d’oreille» que vous pourriez avoir en tête en roulant à vélo dans Bruxelles. Dur pour les nerfs? Peut-être, mais bon pour votre sécurité. Bike For Brussels / Bruxelles Mobilité

Un «ver d’oreille», ou «earworm» en anglais, c’est une ritournelle impossible à déloger de sa tête. Bruxelles Mobilité transforme cet agaçant phénomène en opportunité. L’objectif: doper votre sécurité en route.

«Papaoutai, papaoutai, papaoutai, papaoutai» (air connu).

On sait tous combien une chanson qui tourne en tête peut nous pourrir une journée. C’est peut-être déjà le cas pour vous à cause des mots qui commencent cet article. Et pourtant, cette ritournelle pourrait vous sauver la vie. C’est en tout cas l’avis de Bruxelles Mobilité, qui lance ce 11 décembre une insolite campagne de sécurité routière sur ce thème. Histoire d’éviter les sempiternels refrains moralisateurs.

Bruxelles Mobilité fait de l'horripilant «ver d’oreille» une chance pour votre sécurité
Voilà le genre de «ver d’oreille» que vous pourriez avoir en tête en roulant à vélo dans Bruxelles. Dur pour les nerfs? Peut-être, mais bon pour votre sécurité. Bike For Brussels / Bruxelles Mobilité
L’idée? Vous ôter les écouteurs quand vous conduisez, pédalez ou marchez. Comment? En vous injectant un «earworm» dans les portugaises. Un «earworm», c’est littéralement «un ver d’oreille» en anglais. Le genre qui se faufile et fait son nid pendant des heures. Les espèces les plus tenaces: les génériques de pub et les chansons pour enfants. Ceux-là, on ne les déloge qu’avec... un autre «earworm».

 

«De plus en plus de piétons et cyclistes circulent avec des écouteurs»

 

C’est dans cette brèche que s’infiltre Bruxelles Mobilité pour vous mettre de la musique en tête, mais sans détourner votre attention du trafic. Le but: rappeler aux Bruxellois et navetteurs que l’environnement sonore est capital dans leur sécurité routière. C’est évident: entendre les bruits environnant permet d’anticiper les mouvements des autres usagers.

Les cyclistes sont les premiers visés. C’est pourquoi la campagne se décline via le jaune iconique de Bike for Brussels, qui prêche la bonne parole pour le vélo. «Circuler sur la route requiert une attention visuelle, mais également auditive», prévient Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité. «Mais on constate que de plus en plus de piétons et cyclistes circulent avec des écouteurs dans les oreilles». Le directeur adjoint du centre de formation de la STIB ne dit pas autre chose, lui qui classe les écouteurs comme un des pires dangers guettant les chauffeurs de trams et bus. Camille Thiry: «Les indices sonores, bruits de moteurs, klaxons ou sonnettes, nous aident à anticiper les comportements des autres usagers et éviter de potentiels accidents».

 

 

 

«Taaaaaake on meeeeee»

 

Oui mais alors quoi, concrètement? Dès ce 11 décembre, partout dans Bruxelles, des posters s’affichent le long des pistes cyclables. Ils reprennent des paroles de chansons cultes comme celle de Stromae qui lance ces lignes. Pour vous aider à bien les mémoriser, une playlist est postée sur Spotify. On y croisera Toto, Las Ketchup, Eric Prydz, Bon Jovi, Britney, R-Kelly, Lou Bega ou Plastic Bertrand. Une sélection de haut vol! Nos préférées? «What is Love» de Haddaway et «Take on Me» de A-Ah. La pire à choper? Peut-être «Happy», de Pharrell Williams? À moins que Sardou...? La radio bruxelloise néerlandophone Bruzz diffusera une de ces pépites chaque jour de la campagne.

Les cyclistes augmentent de 13% chaque année à Bruxelles. La tendance sera confirmée en 2018. Via Bike For Brussels, Bruxelles Mobilité veut faire mieux. Ce qui passe par cette campagne. «Si nous voulons plus de cyclistes sur la route, nous souhaitons également qu’ils puissent se déplacer le plus en sécurité possible».

Ne restez pas sourd aux mises en garde. Et vous roulerez «Happyyyyyy»...