ENVIRONNEMENT

Lutte contre le changement climatique: les performances de la Belgique restent «moyennes»

Lutte contre le changement climatique: les performances de la Belgique restent «moyennes»

«La Belgique stagne dans une position médiocre sur l’enjeu climatique», estime Noé Locoq, chargé de mission climat à Inter-environnement Wallonie. Belga (Illustration)

La Belgique a gagné une place d’une année à l’autre mais ses performances en matière de lutte contre les changements climatiques restent «moyennes», selon le «Climate Change Performance Index 2019» établi par des ONG environnementales et publié lors de la COP24 à Katowice.

Cet indice, publié chaque année lors des conférences climat de l’ONU, est établi avec l’aide de 350 experts énergétiques et climatiques -dont la plupart sont membres d’ONG environnementales – et classe 56 pays et l’Union européenne sur base de 14 critères répartis en quatre catégories: les émissions de gaz à effet de serre, le recours aux énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et la politique climatique.

Cette année, la Belgique gagne une place et occupe la 31e position avec une performance climatique toujours jugée «moyenne».

«Ce classement confirme que la Belgique stagne dans une position médiocre sur l’enjeu climatique. Il est urgent de mettre le climat au centre de l’action politique et de reconstruire la crédibilité belge. Il faut sortir d’une forme de schizophrénie, et évaluer sérieusement l’impact de l’ensemble des décisions politiques sur le climat», a réagi Noé Locoq, chargé de mission climat à Inter-environnement Wallonie.

Comme les autres années, les trois premières places du classement sont restées vacantes, aucun pays ne menant une politique climatique jugée suffisamment volontariste par les auteurs du rapport. La quatrième place, qui consacre donc le pays le plus méritant du classement, revient à nouveau, cette année, à la Suède, qui devance le Maroc et la Lituanie.

Les États-Unis et l’Arabie saoudite occupent les deux dernières places du classement, avec des performances jugées «très basses».