POLITIQUE

Avec la crise gouvernementale, un florilège de punchlines: morceaux choisis

Avec la crise gouvernementale, un florilège de punchlines: morceaux choisis

Photo News

La N-VA a quitté le gouvernement fédéral, qui passe désormais de la coalition suédoise à l’orange-bleue. Dans ce micmac politique, la joute verbale a toute son importance. Sur les bancs de l’opposition comme du côté de la majorité, chacun y est allé de sa petite pique bien sentie. Morceaux choisis.

 

«

Charles Michel atterrira en étant le Premier ministre de la coalition Marrakech

»

 

Cette expression, lancée par Bart De Wever, a marqué le début des hostilités rhétoriques. Lors de la conférence de presse de la N-VA samedi soir, le président des nationalistes flamands s’en est pris au Premier ministre, en affirmant ceci: si Charles Michel décolle de Bruxelles en tant que Premier ministre de la Suédoise, «il atterrira en étant le Premier ministre de la coalition de Marrakech».

L’approbation, par la Belgique, du Pacte migratoire de l’ONU obligerait, de facto, la N-VA à quitter le gouvernement fédéral, estime Bart De Wever. A ce stade, ce dernier ne parlait pas encore de démission. Celle-ci sera, finalement, formellement annoncée ce dimanche par Jan Jambon, ministre de l’Intérieur.

 

 

 

«

Le gouvernement se déchire dans la course pour le vote d’extrême droite

»

 

Dans le camp de l’opposition, on s’en donne évidemment à cœur joie. Le PTB, par la voix de son porte-parole Raoul Hedebouw, déplorait notamment les frasques d’un gouvernement qui s’est déchiré dans une «course à la Trump pour le vote d’extrême droite».

«La coalition suédoise n’existe plus. La droite ne se déchire pas au sujet de la pauvreté galopante. La droite ne se déchire pas sur les taxes qui explosent. La droite ne se déchire pas sur les pensions beaucoup trop basses», écrit le député fédéral sur Twitter.

Mêmes échos du côté du PS et du CdH, qui entend souligner les contradictions du gouvernement Michel.

 

 

 

 

 

«

Le premier à manger sa parole, c’est le MR qui avait dit “jamais avec la N-VA”

»

 

Outre les critiques de fond à l’égard du positionnement de la N-VA, l’opposition ne se prive pas pour rappeler que le MR était prévenu, depuis 2014 .

«Le premier à manger sa parole, c’est le MR qui avait dit “jamais avec la N-VA” lâche la coprésidente d’Ecolo, Zakia Khattabi, sur le plateau de la Une. Sur Twitter, la coprésidente enfonce le clou: «Le gouvernement ne tombe pas au nom de la solidarité, de la défense de droits fondamentaux ou de valeurs universelles, mais bien suite à de petits calculs électoralistes post 14 octobre et au lancement d’une campagne qui nous amène sur un terrain qui n’augure rien de bon, merci au MR!».

 

 

 

«

Je récupère un département en crise et en plein chaos

»

 

Et puis, il y a ces punchlines qu’on attendait moins, comme celle de Maggie De Block (Open Vld). Au sein du gouvernement minoritaire, la libérale flamande hérite des compétences de l’Asile et de la Migration. Et elle n’est pas tendre à l’égard de son prédécesseur, Theo Francken.

«Je récupère aujourd’hui un département en crise. C’est le chaos», a-t-elle affirmé.

Ces dernières années, Theo Francken a poursuivi au sein du gouvernement la politique «stricte mais juste» qui avait été mise en place sous le gouvernement Di Rupo. Mais au cours des semaines passées, «cette ligne n’était plus suivie», a ajouté Mme De Block qui reprend désormais «les commandes et ces principes», tout en conservant ses compétences en matière de santé publique et d’action sociale.

 

 

 

«

L’opposition joue «aux vierges effarouchées

»

 

Sur La Première (RTBF), le chef de groupe MR à la Chambre David Clarinval a précisé que le seul problème qui s’était posé avec la N-VA concernait le Pacte des migrations. Il a par ailleurs souligné qu’il existait toujours des accointances sur les dossiers socio-économiques.

Pour David Clarinval, l’opposition joue aux «vierges effarouchées», elle «semble découvrir ce qu’est un gouvernement minoritaire».

Le président du MR Olivier Chastel a, pour sa part, lancé un appel à soutenir le gouvernement sur une série de textes de loi.