Le CHU de Liège et le CNRF de Fraiture fusionnent

(illustrations) Reporters/GOUVE

Le centre neurologique et de réadaptation fonctionnelle de Fraiture (Condroz) rejoint le CHU de Liège dès le 1er janvier 2019. Il s’agit de renforcer la qualité des soins apportés aux patients neurologiques et locomoteurs, a indiqué vendredi le CHU de Liège dans un communiqué.

Alors qu’il était question d’une collaboration depuis des années, les relations entre les deux institutions ont finalement débouché sur un projet de fusion et ce, dans la perspective de la réforme du paysage hospitalier et du financement des hôpitaux en cours de préparation au niveau fédéral.

Si s’agit pour le CNRF d’assurer sa pérennité financière, cette fusion doit permettre au CHU de Liège de réduire la durée moyenne de séjour en hospitalisation classique en optimisant le parcours du patient en intra-muros et extra-muros, sachant que la fréquentation ne cesse de croître alors que le nombre de lits reste constant. Le CHU de Liège disposera ainsi, en aval, de plus de lits de revalidation.

«Cette nouvelle offre de 180 lits de revalidation/réadaptation fonctionnelle répartis sur trois sites (Ourthe Amblève-40, Bruyères-20 et CNRF-120), et placée sous la direction unique du chef de service de médecine physique du CHU de Liège, le professeur J.F. Kaux, va offrir aux patients neurologiques et locomoteurs une gamme complète de prise en charge. Mais l’intégration de Fraiture dans le CHU va aussi permettre au Coma Science Group de bénéficier de lits spécialisés pour ses patients en état neurovégétatif persistant et au service de neurologie du CHU de compléter son offre de soins pour les patients atteints de sclérose en plaques. L’accord profite aussi à tous les patients concernés car les temps d’attente seront réduits», précise Julien Compère, administrateur délégué du CHU de Liège.

L’accord prévoit que le CNRF cède toutes ses activités, ses actifs et passifs immobiliers et mobiliers au CHU de Liège. Celui-ci, pour sa part, prendra en charge les engagements pris par le CNRF, notamment envers le personnel. Il s’engage, en outre, à affecter les réserves financières du CNRF aux investissements mobiliers ou immobiliers futurs à réaliser sur le site de Fraiture afin de maintenir/améliorer la qualité des infrastructures.