Un abattoir pour volailles à Grâce-Hollogne en 2019

(Photo d’illustration) BELGA

La Province de Liège ouvrira un abattoir pour volailles, à Grâce-Hollogne, afin de pallier le manque de possibilités d’abattage et ainsi soutenir les petits producteurs. Le projet, en cours de développement, devrait être mis en œuvre dans le courant 2019, a indiqué André Denis, député provincial en charge de l’agriculture

Afin de pallier le manque de possibilités d’abattage pour volailles en région wallonne, qui s’est accentué depuis la fermeture de l’abattoir de Sclayn en juin dernier, le département de l’Agriculture de la Province de Liège développe un projet d’abattoir. Celui-ci est inscrit au budget 2019 qui a été voté la semaine dernière.

«Actuellement, les éleveurs sont contraints d’effectuer de longs déplacements pour faire procéder à l’abattage de leurs animaux. Ces trajets, leur longueur pour les animaux, leur coût et le temps qu’ils nécessitent pénalisent de nombreux élevages et sont défavorables au développement des productions de proximité, des productions artisanales et de niche. Cela impacte également les autres acteurs liés à ces productions comme les producteurs d’aliments, les transformateurs, ou les détaillants», souligne André Denis.

Ce projet consiste, dès lors, à proposer un service d’abattage adapté à tous les types de production, à la fois les lots standards ainsi que les productions différenciées (volailles fermières) et les plus petites productions diversifiées (canards, pintades, petits gibiers, lapins). La capacité technique minimale sera de 200 000 volailles par an.

Afin de mettre le projet en œuvre rapidement, cet abattoir sera établi au sein d’un bâtiment existant, dans le zoning industriel de Grâce-Hollogne (rue Jean Gruslin). «Afin de rencontrer au maximum les attentes de chacun, l’infrastructure proposera, outre l’abattage, la possibilité de procéder à la découpe, au conditionnement et à l’emballage des denrées», précise le député provincial.

L’investissement serait de l’ordre de 1,6 million d’euros. La Province de Liège prendra en charge la location du site, les travaux et l’équipement de l’abattoir. Elle participera, avec les producteurs, à la structure de gestion de manière à garantir la mission de service public et l’accès aux éleveurs et particuliers.