FRANCE – IMAGES CHOQUANTES

Des lycéens agenouillés, mains sur la tête et surveillés par des policiers en armes

Des lycéens alignés, agenouillés, les mains sur la tête sous la surveillance de policiers armés et casqués. Les images sont choquantes et interpellent. Cela s’est passé en France, hier.

Ces images font le buzz sur les réseaux sociaux. Elles ont été tournées le 6 décembre à Mantes-la-Jolie, dans la banlieue parisienne. On y voit des rangées de lycéens agenouillés ou assis par terre, les mains sur la tête ou entravées dans le dos. Parfois la tête contre un mur. Sous la surveillance de policiers armés et casqués. Ce n’est pas un cliché mais un film vidéo donc, on peut se rendre compte de ce qui se passe. Ce n’est pas un instantané qui aurait pu prêter à interprétation. Et ce qui se passe est pour le moins interpellant.

Rétroactes, on est dans le cadre de la quatrième journée de mobilisation lycéenne. À Mantes-la-Jolie, à proximité du lycée Saint-Exupéry, ça ne se passe pas bien. C’est l’affrontement entre certains lycéens et les forces de l’ordre tandis que deux voitures sont incendiées. Selon les commissaires de la ville, les élèves sont soupçonnés de «participation à un attroupement armé» et que cette opération est là pour «interrompre un processus incontrôlé». Les interpellés ont entre 12 et 20 ans.

«Rien ne justifie cette humiliation»

Ces images ont provoqué un tollé dans toute la France et au niveau politique. Où l’on stigmatise le comportement des forces de l’ordre. Un échantillon: «Rien ne justifie cette humiliation de mineurs.», «Le feu couve, ne l’attisez pas?!», «des procédés que rien ne peut justifier», «que penser d’un pouvoir qui traite ainsi sa jeunesse?? Qu’il ne tient que par la force des matraques. Qu’il n’a plus d’avenir. Qu’il est à l’agonie», «Ces images nous insultent. Rien ne justifie que l’on humilie ainsi nos enfants.

«Nous n’avons enregistré aucune plainte»

Réaction des autorités: «Sur ces 122 jeunes, 37 des présents, la plupart encagoulés, étaient trouvés porteurs de bâtons, battes de base-ball et conteneurs de gaz lacrymogène.» «Ces images sont impressionnantes mais aucun jeune n’a été blessé, ni maltraité, nous n’avons enregistré aucune plainte», a réagi le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot. «Comment 70 policiers maintiennent-ils au calme 150 jeunes?? Il leur fallait bien trouver des moyens pour les faire tenir tranquilles. Je ne connais pas d’autres méthodes» a de son côté indiqué au Monde Thierry Laurent, le directeur de cabinet du préfet, également présent sur place.

«Il faudra savoir si effectivement il était nécessaire d’avoir recours à ce type d’interpellations et de dispositif. Si effectivement il y a eu faute, nous serons les premiers à les condamner, il n’y a aucune difficulté là-dessus», «Parmi ces jeunes, 17 devraient passer devant la justice aujourd’hui matin pour des faits de «violences, rébellion et outrages».

La France s’enfonce dans une épreuve de force qui ne présage rien de bon pour la manifestation de demain, et ces images s’apparentent à de l’huile sur le feu.