Luc Jadot, 67 ans, est mort

Il était bourgmestre depuis trois législatures. ÉdA – 40830929201

Le bourgmestre de Hamois est décédé, apprend-on ce jeudi matin.

Luc Jadot, qui avait renoncé à briguer à nouveau mandat de bourgmestre de Hamois lors des dernières élections communales, est décédé, apprend-on ce jeudi matin. Il était hospitalisé depuis plusieurs jours. Il était âgé de 67 ans.

Il s’était mis en retrait de la vie politique pour des raisons de santé, après 24 années de mandat, dont 18 à la tête de Hamois. Après avoir présidé la CCAT de 1988 à 1994, Luc Jadot était devenu échevin dès sa première apparition sur le tableau communal, en 1994, réussissant le second score derrière Roland De Beaudignies. En 2000, il devenait bourgmestre, poste qu'il occupera pendant trois législatures.

Luc Jadot était très investi dans sa mission communale. Lors de la cérémonie des voeux, sa dernière, en janvier dernier, il était émus aux larmes à l'idée de raccrocher. Il avait été longuement applaudi par le personnel communal. « Une aventure extraordinaire, avait-il dit. Je suis fier d’avoir pu travailler avec vous. La commune est le cadre et l’école de la démocratie à tous niveaux.» Lui d'ordinaire très prolixe, il avait prononcé un discours très court, submergé par l'émotion. 

On doit à Luc Jadot la rénovation de la traversée de Hamois, l'initiative du futur zoning de Biron-Hamois, de l'espace didactique du Coria à Achet, de plaines de jeu, de l'ASBL La Traversine, du RAVeL, de l'OCTC, de l'arboretum d'essences indigènes à Scy, de l'extension du hall de sports de Natoye, de la Maison de la mémoire de la maison de village de Schaltin... C'est ce qu'avait souligné, fin novembre, l'échevin Pierre-Henri Roland à l'occasion du dernier conseil communal du bourgmestre sortant. Celui qui fut le bras droit de Luc Jadot avait souligné également son humanisme et son esprit d'équipe.