TOURNAI

Le Tournai d’avant: Georges V en visite, le Tournaisien curieux

Jadis, les visites royales n’étaient pas tellement rares, anniversaires, inaugurations, expositions en étaient opportunités très prisées par la population.

Que dire alors lorsqu’est annoncée la visite de Georges V, roi d’Angleterre et empereur des Indes comme le qualifie le Courrier de l’Escaut. Il est impératif «que la population manifeste sa reconnaissance envers les peuples alliés, même si cette venue en nos murs n‘est pas officielle», stipule la proclamation d’A. de Rick, bourgmestre ff.

Le roi arrive le samedi 7 décembre à midi et demi par la porte Marvis et gagne la Grand-Place où, comme dans les rues et les édifices publics, drapeaux des nations alliées et banderoles attestent officiellement de la gratitude des Tournaisiens envers leurs libérateurs.

À l’heure dite, dix voitures suivent l’itinéraire prévu; un double rang de militaires non armés y assure la sécurité du souverain et de ses deux fils, les princes de Galles et Albert. Même dispositif sur le forum où la foule est assez nombreuse, aussi respectueuse qu’intéressée pour applaudir le cortège et les moments forts de la cérémonie.

Le roi est en uniforme de général anglais, en kaki avec casquette et passe en revue le piquet d’honneur, accompagné du lieutenant général Butler, chef du 3e corps de la 5e Armée et des principaux responsables militaires.

Après le God Save the King, le souverain salue les autorités, les civiles dont Alphonse De Rick, bourgmestre ff et les religieuses avec Mgr Croiiy, évêque, massés avec leur suite devant l’hôtel du Mortier.

Georges V s’intéressera alors aux souffrances subies par la cité sous l’occupation allemande avant de conclure: «Je vous assure que ceci ne se renouvellera plus». Une prédiction que démentira l’Histoire, vingt ans après.

Les autorités suivront le roi pour un passage dans le Guard Office installé dans cet hôtel de maître (disparu en mai 1940) où les Anglais ont remplacé l’occupant. Incontournable, la rapide visite de la cathédrale soulève l’étonnement et les sourires des Tournaisiens car le détachement du génie de la 166e brigade qui rend les honneurs au sortir du sanctuaire est écossais et s’aligne en kilt.

Georges V et sa suite s’en vont à 14 h, pour Lille après ces quelques heures dont les autochtones garderont le souvenir d’un spectacle bien rodé et très officiel.