MIGRATION

Theo Francken avoue s’inspirer parfois du Vlaams Belang en matière migratoire

Theo Francken avoue s’inspirer parfois du Vlaams Belang en matière migratoire

Theo Francken BELGA

Le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA) a reconnu, dans un débat jeudi soir avec le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken, s’inspirer parfois du parti d’extrême-droite en matière migratoire.

Au cours d’un débat à Edegem qui portait notamment sur le Pacte des Nations unies sur les migrations, le leader du Vlaams Belang a fait observer que son parti avait plus de points en commun en politique migratoire avec la N-VA qu’avec les autres partis. Il a déploré au passage le refus de la N-VA de monter en coalition avec son parti dans plusieurs communes du nord du pays.

Theo Francken a reconnu suivre en partie le Vlaams Belang en matière de migrations. «Le Vlaams Belang est comme le canari dans la mine», a-t-il indiqué en évoquant les avertissements de Filip Dewinter (VB) sur Sharia4Belgium, qui n’auraient pas été pris au sérieux.

«Je suis (ce qu’écrit) le Vlaams Belang en matière de migration, je ne me sens pas à l’aise de le reconnaître», a enchaîné M. Francken, cité dans De Standaard. «Je lis vos textes, parfois je m’en inspire. Sur ce terrain, vous avez énormément conscientisé, c’est méritoire», a-t-il ajouté.

Il a confirmé être opposé au principe du cordon sanitaire, tout en rappelant certaines attaques que le parti d’extrême droite a portées contre lui et son entourage.

Concernant le Pacte de l’ONU, le secrétaire d’État a confirmé les difficultés de la N-VA au sein du gouvernement, mais a estimé qu’il restait suffisamment de temps pour trouver une solution.

L’extrême-droite dicte son agenda politique, accusent le PS et Ecolo

Le PS et Ecolo ont dénoncé vendredi les propos du secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken, tenus jeudi soir lors d’un débat avec le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken.

«Je lis vos textes, parfois je m’en inspire», a déclaré le mandataire N-VA à M. Van Grieken.

«Cela montre bien qu’aujourd’hui, l’extrême-droite dicte son agenda politique par le biais de la N-VA», a dénoncé le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej.

Selon lui, M. Francken banalise l’ignoble. «Combien de temps le Premier ministre va-t-il encore tolérer cette situation?» a-t-il demandé.

«Plus besoin de caricatures», a réagi de son côté, sur twitter, la co-présidente d’Ecolo Zakia Khattabi. «L’extrême-droite est bien à la manoeuvre en matière d’asile au gouvernement».