Yves Simonet s’offre la dernière du Condrusien 2018

Yves Simonet s’offre la dernière du Condrusien 2018

Dernière victoire à Marchin et sur le Condrusien pour Yves Simonet. Heymans

Ambiance détendue et plateau moins relevé que d’habitude pour la dernière manche du Condrusien cette saison. Et Yves Simonet s’impose sans forcer.

Le dernier jogging de la saison d’un challenge est souvent placé sous le signe de la détente et de la bonne humeur. C’était encore le cas ce week-end à Marchin, à l’occasion du jogging de la Saint-Nicolas. Une 27e édition de l’épreuve mais aussi la dernière pour l’une des plus anciennes courses du Challenge condrusien (lire ci-dessous). Alors que tous les verdicts pour les classements étaient déjà connus pour les premières places, il y avait tout de même une course à disputer pour s’offrir la dernière victoire de la saison.

Un ultime succès, et par la même occasion le dernier nom sur le palmarès de l’épreuve, auquel ne pouvait pas prétendre le vainqueur incontesté du Challenge, Thomas Van Hee, absent du rendez-vous. Sans le Tinlotois, c’est évidemment l’autre épouvantail du Challenge, Yves Simonet qui faisait figure de favori sur l’épreuve. Et le Hutois a répondu aux attentes, sans devoir forcer outre mesure son talent. «Je ne savais pas trop ce que ça allait donner, avoue-t-il. C’est ma première course depuis mon Ironman à Barcelone début octobre dernier et les sensations restaient un peu une inconnue.»

Plus facile sans les lièvres

Le triathlète l’avoue, en présence de joggeurs plus véloces, il n’aurait pas pu s’imposer ce week-end. «Si des coureurs comme Thomas, capables de courir les 11 kilomètres à une vitesse de 3’20’’ du kilomètre, avaient été là, je n’aurais pas pu suivre. Heureusement, le tempo n’était pas trop élevé, j’ai pu tenir un rythme qui me convient mieux. Finalement, pour moi, les distances de 10-15 kilomètres sont plus compliquées à négocier que des courses de 25-30 bornes, dans lesquelles je peux tenir un rythme plus lent mais plus longtemps.» Yves Simonet était cependant content du niveau qu’il a pu afficher: «Je suis content de ma récupération depuis l’Ironman, mon corps réagit mieux que la première fois. Puis je suis content de gagner ici, surtout si c’est le dernier, ça faisait bien longtemps que je ne m’y étais plus imposé. Mais en fin de saison comme ici, c’est souvent compliqué d’avoir la forme adéquate pour venir gagner.»

Pour le triathlète, toujours pas question d’envisager refaire le Condrusien dans son intégralité. «Je vais recommencer ma saison très tôt en 2019, j’ai pour objectif d’être au championnat du monde d’Ironman à Nice en juin prochain.»

À noter que la première dame de la longue distance se nomme Valérie Binje, comme souvent quand elle est présente. Sur la petite distance, la lutte a été serrée entre les meilleurs de la course. Moins d’une minute sépare les six premiers du classement, mais c’est le Nandrinois Antoine Dubois qui a été le plus prompt à franchir la ligne, devant David Frison et Aurélien Didier, pour signer son deuxième succès sur les petites distances du Condrusien cette année. Virginie Soenen, 14e du scratch, s’impose comme la première dame.