SOCIAL

Éditions de l’Avenir: le cdH mise sur l’offre d’IPM, «un portage par la Région serait une mauvaise solution»

Éditions de l’Avenir: le cdH mise sur l’offre d’IPM, «un portage par la Région serait une mauvaise solution»

Maxime Prévot avait déjà pris la parole mercredi passé lors du vernissage de l’exposition consacrée au centenaire de notre journal namurois. EdA - Florent Marot

Le cdH s’est manifesté hier pour soutenir la proposition du groupe de presse IPM de racheter les Éditions de l’Avenir.

Pour le cdH, cette proposition est à ce stade la plus crédible pour le maintien de la pluralité de la presse et de l’emploi.

«Rapprocher les Éditions de l’Avenir d’IPM (La Libre, la DH) permet de soutenir directement une stratégie digitale forte, ce qui fait actuellement défaut. Par ailleurs, cette solution garantit le maintien de la pluralité de la presse, vu l’absence actuelle du groupe IPM au niveau régional, indique le président Benoît Lutgen. En termes d’emploi, il semble également que cette possibilité soit la plus à même d’offrir des garanties stables.» Le MR, partenaire du cdH à la Région, s’était aussi prononcé pour ce scénario.

Le bourgmestre cdH de Namur et ancien ministre wallon Maxime Prévot s’est aussi exprimé sur le sujet ce mardi via un long post sur Facebook, en marge du centenaire de notre journal. Dans la foulée de son parti, il y estime que «le chemin qui apparait actuellement le plus convaincant reste celui proposé par IPM afin de respecter les équilibres du marché et du paysage de la presse, et respecter au mieux les travailleurs.» Pour rappel, Nethys avait toutefois dit fin octobre ne pas être vendeur.

Prévot affirme par ailleurs qu’un portage temporaire par la Région wallonne, solution également évoquée depuis l’annonce du plan de restructuration qui concerne 60 équivalents temps plein sur 250, serait «probablement l’une des plus mauvaises solutions», craignant que les lecteurs n’imaginent une connivence avec le pouvoir en place, surtout à quelques mois des élections du 26 mai 2019.