Les gilets jaunes de retour à Feluy: tension et débordements

Après avoir été priés d’évacuer les lieux par la police, les gilets jaunes sont de retour à Feluy.

Cet après-midi, la police est intervenue en support à l’huissier de justice mandaté par Total pour contraindre les manifestants de Feluy à quitter les lieux.

Mais comme on dit: quand le chat est parti, les souris dansent. Et les manifestants sont de retour au pied du site de la société Total. Près de 200 personnes sont sur place.

Sur les réseaux sociaux, certains manifestants partagent des vidéos. Sur ces images, eds débordements sont constatés. Des personnes déplacent un poteau électrique pour bloquer la route, coupent des arbres. La tension sur place est palpable.

De son côté, le groupe «Actions citoyennes contre les mesures gouvernementales», qui chapeaute les actions du mouvement des «gilets jaunes» s’est désolidarisé du mouvement.

«Actions citoyennes contre les mesures gouvernementales n’est plus associé avec la tournure que prennent les événements sur Feluy. (...) Nous demandons à toutes les familles et les personnes responsables, respectables de quitté les lieux».

 

+ LIRE AUSSI| Action au dépôt de Feluy : la situation dérape, des gilets jaunes « matraqués »

Les manifestants forcés de quitter leur barrage à Tertre

Les quelques dizaines de manifestants «gilets jaunes» qui s’étaient rassemblés sur la N50 à Tertre (Hainaut) à hauteur du dépôt pétrolier Martens ont dû quitter les lieux lundi soir.

Lundi après-midi, les manifestants continuaient à organiser un barrage filtrant sur la route nationale et essayaient de s’attirer la sympathie des chauffeurs de poids-lourds.

En fin d’après-midi, la police Boraine est intervenue pour les inviter à se disperser. «Nous avons dans un premier temps ouvert la discussion avec les manifestants», a indiqué le commissaire Bertrand Caroy, responsable de la circulation au sein de la zone de police.

«Dans un deuxième temps, d’autres manifestants se sont joints au groupe et ont mis le feu à des palettes sur la chaussée. Les pompiers sont intervenus ainsi qu’une autopompe, afin de disperser les manifestants.»

Les «gilets jaunes» ont alors quitté les lieux et la police est restée «pour garantir la sécurité des personnes.»