FOOT AMATEUR

Un hat-trick en 4 minutes, des joueurs qui font grève, un «bouffon» qui gagne: le meilleur du foot local

Un hat-trick en 4 minutes, des joueurs qui font grève, un «bouffon» qui gagne: le meilleur du foot local

Les joueurs d’Étienne Delangre sont partis en grève en réaction au limogeage de leur coach. ÉdA

Comme chaque semaine, notre best of du foot amateur vous sert son assortiment de buts d’anthologie, de résultats improbables et de nouvelles insolites.

Le tube de l’automne?

Trois jours. Même pas. C’est ce qu’aura duré le «règne» de Giorgio Chimento à la tête du Red Star Fléron, en P2 liégeoise. Il faut dire que les compétences de l’éphémère coach, lequel avait succédé à Étienne Delangre, limogé lundi, ne sont nullement remises en question. Mais la grève des joueurs entamée mardi a incité le président Boccardo, lequel craignait de voir la grève se prolonger, à rappeler Étienne Delangre et à le réintégrer dans ses fonctions. Tandis que la peur du forfait a donc eu raison de la décision de son président, on imagine déjà le nouveau chant de victoire du Red Star pour les prochaines semaines: «Saga à Fléron, ambiance de la frousse; Saga à Fléron, Delangre à la rescousse.»

Un hat-trick en… 4 minutes

Un hat-trick en 4 minutes, des joueurs qui font grève, un «bouffon» qui gagne: le meilleur du foot local
En jaune et noir, Florian Colon a exilé l’adversaire. Masson
Bon, d’accord, son équipe s’est fait plaisir en inscrivant dix buts ce dimanche face à Thisnes. Mais l’attaquant d’Huccorgne, Florian Colon, est sorti du lot en inscrivant quatre buts, dont un hat-trick parfait entre la 72e et la 75e minute! Trois buts en quatre minutes. Joli…

Plus fort qu’un «hat-trick»

Face à Jandrain, Ottignies n’a pas fait dans la dentelle… Avec sept buts inscrits et aucun encaissé, les gars de Jamel Dennoune ont infligé une véritable raclée à l’adversaire. Héros de la rencontre, Pierre Thomé a pourtant débuté celle-ci sur le banc des réservistes. Monté sur la pelouse à l’heure de jeu, l’attaquant ottintois a offert un récital offensif, inscrivant quatre buts dans la dernière demi-heure. Mieux que le coup du chapeau.

«Allô, Ibrahima? Viens un peu marquer…»

On l’imagine à moitié endormi après la guindaille de la veille. Quand son téléphone a sonné vers 11 heures dimanche, Ibrahima Barry a vite sauté dans ses chaussures, enfourné son sac et foncé en direction de Profondeville où l’équipe A de son club, Grand-Leez, disputait sa rencontre de championnat. Entré au jeu à l’approche du dernier quart d’heure, il ne lui aura fallu que dix minutes et un tir du… tibia pour inscrire l’unique but du match.

Un match (vraiment pas) nul

Un hat-trick en 4 minutes, des joueurs qui font grève, un «bouffon» qui gagne: le meilleur du foot local
Trois buts pour William Mauclet. Mais un seul point pour Aubel. eda
On a l’habitude de voir ce genre de score en P4 ou bien chez les jeunes, rarement au sein de l’élite provinciale. 6-6! C’est en effet douze buts qui ont été inscrits de façon équilibrée lors du match de P1 liégeoise opposant Aubel à Wanze/Bas-Oha. Autant dire que les spectateurs en ont eu pour leur argent. Et si Wanze/Bas-Oha loupe du coup le titre de champion d’automne, il se contentera sans doute de ce point, lui qui était mené 4-0 à la demi-heure de jeu!

Pirouette, cacahuète (et puis banquette)

Dans le match des quasi extrêmes de la D2 Amateurs, la «cacahuète» partie des pieds de Mémé Tchité (oui, oui: LE Mémé Tchité) venait annuler la magnifique frappe d’Adelin Lecomte, lequel s’offrait une petite pirouette bien involontaire pour l’occasion. On notera tout de même que la frappe sèche de Tchité, imparable pour le pauvre Aerts, n’a pas fait du gardien cinacien la seule victime: l’attaquant des Rats a en effet dû quitter les siens dans la foulée de son puissant shoot, victime d’une blessure à la cuisse.

Un hat-trick en 4 minutes, des joueurs qui font grève, un «bouffon» qui gagne: le meilleur du foot local
Adelin Lecomte allie foot et danse: appelez-le «Monsieur Pirouette». ÉdA – Florent Marot

Le projet Pilotte s’effrite

À Wavre, plus rien ne va pour l’équipe drivée par Pascal Pilotte, pourtant si séduisante la saison dernière. Leur équipe battue dans tous les compartiments du jeu ce week-end, les supporters du Racing Jet sont repartis frustrés du stade après une nouvelle défaite avec une frappe sur la latte et le but du 1-2 en guise de maigres consolations. Wavre a donc touché le fond. De quoi dégoûter son coach?

La balade d’Ivan Ruiz

Petite promenade dominicale pour Ivan Ruiz ce week-end avec Jette face à la Jeunesse de Tamines. Auteur des cinq buts de son équipe, le buteur a fait vivre un véritable cauchemar à la défense taminoise et le gardien Guillaume Robert, offrant ainsi un premier succès à Jette dans une deuxième tranche qui avait commencé par deux lourdes défaites.

Un «bouffon» qui gagne

Un hat-trick en 4 minutes, des joueurs qui font grève, un «bouffon» qui gagne: le meilleur du foot local
Vous trouvez vraiment que Patrick Fabbri a l’air d’un bouffon? ÉdA
«Je vais passer pour un bouffon aux yeux de nos supporters»: cette phrase, on la doit à Patrick Fabbri, le coach d’Herstal qui a… gagné 3-0 contre Huy ce week-end. «Mais c’est totalement immérité», assène le T1 des Métallos. Il faut dire que son équipe a eu de la chance de terminer la rencontre à 11 malgré le coup de coude de Sarr sur Licour, ce dernier n’ayant pas pu se relever, tandis que l’adversaire terminait lui à dix après que le gardien ait invectivé le juge de touche sur le but d’ouverture herstalien.

Une Squadra contre nature?

Depuis le début de la saison, la Squadra de Mouscron régale. Cette semaine encore, ils ont inscrit 14 buts face à Jemappe B! Qui a dit que le foot à l’italienne ne se déclinait qu’au «Catenaccio».

La (première) défaite amère

Mauvais perdants, les Biwacks? «Arbitrage scandaleux» rétorque-t-on du côté de Petit-Waret, lequel a subi sa première défaite face à Namêche, dans une rencontre arbitrée par un bénévole du club adverse. Un penalty imaginaire et une faute non sifflée «donnent» ainsi deux buts à Namêche, à en croire le solide leader, faisant dégénérer les choses en bord de terrain: la police a dû intervenir. Triste.

P = 5

Quand on oppose Ohain à Ophain, la différence saute aux yeux: le «P» de Ophain. Et sur le terrain, la différence entre les deux équipes a également largement transpiré pendant la rencontre puisque ces derniers ont planté cinq roses dans le jardin d’Ohain. En mathématiques, on appelle ça une équation du premier degré; en P2B du Brabant, une claque magistrale.

Une classe de différence

Quand vous gagnez 24-0, c’est que, forcément, votre équipe est largement plus forte que celle de l’adversaire. Mais quand votre équipe milite habituellement dans la catégorie d’âge inférieure à celle de l’adversaire, cela montre la différence de niveaux. C’est en effet le bel exploit réalisé par les U17 de Virton qui ont donné le tournis aux U19 d’Arlon. Chapeau, jeunes gens!