ÉCONOMIE

Revenus dissimulés: le patron de Renault arrêté et poussé vers la sortie

Revenus dissimulés: le patron de Renault arrêté et poussé vers la sortie

Carlos Ghosn s’est rendu de nombreuses malversations, selon plusieurs sources. Reporters

Le constructeur d’automobiles japonais Nissan a annoncé ce lundi que le président du conseil d’administration Carlos Ghosn avait dissimulé une partie de son salaire au fisc. M. Ghosn, qui est aussi le PDG du groupe Renault, va proposer son départ.

Nissan a confirmé les informations révélées par la presse: le président de son conseil d’administration a «pendant de nombreuses années déclaré des revenus inférieurs au montant réel», selon les résultats d’une enquête interne.

«En outre, de nombreuses autres malversations ont été découvertes, telles que l’utilisation de biens de l’entreprise à des fins personnelles», ajoute le groupe qui va proposer au conseil d’administration de le «démettre de son poste rapidement».

Le PDG de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors a été arrêté ce lundi à Tokyo, dans la foulée des accusations, a rapporté la chaîne de télévision publique NHK.

Selon des médias japonais, le parquet de Tokyo a demandé au dirigeant de 64 ans de se rendre volontairement dans ses locaux pour des soupçons de violation de la loi. Il est soupçonné de ne pas avoir déclaré la totalité de ses revenus.

Le «cost killer»

Surnommé le «cost killer» («tueur de coûts»), il s’est fait une spécialité de transformer des entreprises au bord de la faillite en sociétés très rentables.

Son défi actuel est de superviser la remise sur pied de Mitsubishi Motors qui a été impliqué dans un scandale de fraude. Il est vénéré au Japon, où il est devenu héros de manga, depuis qu’il a redressé Nissan après sa prise de contrôle par Renault en 1999.

En France, il a parfois été accusé de privilégier les intérêts japonais ou d’avoir une gestion trop financière. Les critiques se font cependant moins fortes depuis que Renault a recommencé à créer des emplois dans le pays.

Ses collaborateurs saluent son charisme et sa qualité d’écoute.

Les relations ont été parfois orageuses avec l’Etat français qui possède plus de 20% des droits de vote chez Renault.

Elles semblent s’être améliorées sous le gouvernement actuel qui a soutenu sa reconduction à la tête du groupe en juin dernier, en échange d’une réduction de 30% de son salaire et de la nomination d’un numéro deux, Thierry Bolloré, appelé à lui succéder.

Bourse: Renault s’effondre de plus de 12%

Le titre du constructeur automobile Renault creusait ses pertes ce lundi à la Bourse de Paris, s’effondrant de plus de 12% après que Nissan a confirmé que Carlos Ghosn, qui préside le constructeur japonais, a dissimulé des revenus au fisc japonais et va proposer son départ.

À 11h02, l’action Renault s’écroulait de 12,39% à 56,51 euros, dans un marché à l’équilibre (+0,03%).