La chasse, loisir polémique!

ÉdA

En Wallonie, le bien-être animal est devenu une priorité politique au point que d’aucuns voudraient que, dans les prochains conseils communaux, un échevinat lui soit dédié. Hasard des calendriers: le Baudourois Didier Wirickx consacre son dernier court-métrage aux méfaits de la chasse…

Romancier, dramaturge et scénariste, le réalisateur habite à l’orée du bois de Baudour. Et d’emblée il confie: «J’ai plusieurs chats, chiens et lapins. Tous issus de refuges ou justement trouvés sur mon parking à la lisière du bois». Mais parallèlement au sort peu enviable de certains animaux domestiques, pourquoi s’intéresser à celui du gibier? Notre interlocuteur résume: «J’ai écrit et réalisé Le chasseur et la fille aux pokémon parce que la chasse est pour moi inacceptable au XXIe siècle. D’ailleurs les informations diffusées récemment dans la presse concernant l’élevage d’animaux destinés à la chasse démontrent que la dernière excuse du lobby des chasseurs, en l’occurrence la prolifération d’animaux sauvages, n’est plus un argument valable!» D’où ce film critique que son auteur estime néanmoins nuancé. Il confirme: «Le film se veut non violent et non moralisateur mais il appuie avec force sur la souffrance d’animaux qui n’ont demandé qu’à vivre en paix. Cette fable est également destinée aux plus jeunes puisque le personnage de la petite fille pourrait être n’importe lequel d’entre eux. Ses questions sont innocentes et sa colère face aux justifications du vieux chasseur pertinente. Il faut transmettre aux enfants l’amour et le respect de la nature». Avec déjà des projections prévues à Bruxelles et en Wallonie et 40 inscriptions à des festivals francophones, l’histoire ne manquera pas d’audience!

Rens.: didier.wirickx@live.be