Le dimanche 2 décembre prochain, la Fanfare Détournée sera de retour à Mourcourt pour une représentation unique dans le cadre de la Sainte-Cécile.

Un «retour aux sources» pour un nouveau projet intitulé «Minimal St. Cecilia» avec, comme à l’habitude, aux commandes, un Éloi Baudimont plus inspiré que jamais. Petit flash-back. «On est en 2009. La fanfare de Mourcourt devient la Fanfare Détournée. Elle prend son élan depuis le 1er étage d’un bistrot de la Grand-place de Tournai. Éloi Baudimont, lancé sur les chemins de la création depuis près de quinze ans, est dans la place… tout comme la bonne quarantaine de musiciens (parfois plus, parfois moins) qui se réunissent chaque mercredi pour répéter… ou pour se voir», confie Frédéric Mariage. «À l’époque, le projet Mali Mali est déjà en chantier. Celui de Jawla Palestina, pas encore. Mais la tendance est désormais de se consacrer sur des projets plus ponctuels afin de permettre à tous, mais surtout à chacun, de s’investir totalement.» Entretemps, pour la piste aux espoirs, la Fanfare «soutient» un funambule qui traverse la Grand-Place… et la Halle aux draps. «En 2014, la tournée en Palestine s’amorce et prend vie. Avec la Chorale de Froidmont, on se mobilise et on joue. Deux années plus tard, on voyage et on exporte la création «détournée» à Ebron. Moments magiques et ô combien symboliques. On joue également aux Inattendues, cour de l’Évêché.» Éloi, lui, enrichit sa création. «Pour le projet «Minimal St. Cecilia», on sera grandiosement minimaliste. L’endroit, lui, sera ecclésiastique. Et tout le monde sera debout!» La Fanfare détournée joue! Impossible donc de rester en place. Les harmonies et les mélodies vous embueront les yeux d’émotion. Une multitude de petits moments d’humour éclaireront vos visages! «Le 2 décembre, dès 11 h, vous vous laisserez faire!»

www.casapalabre.be