Les terrains de sport synthétiques sont-ils dangereux?

Les terrains de sport synthétiques   sont-ils dangereux?

Pas de risque de boue sur un terrain synthétique. Mais on rentre avec des billes plein les chaussettes. Éditions de l’Avenir/C.Godefroid

La commune de Frasnes-lez-Anvaing (province du Hainaut) va remplacer les billes de caoutchouc de son terrain de rugby synthétique par des granules (billes) à base de noix de coco. Pourquoi?

Comme la plupart des terrains de sport synthétiques (artificiels), le terrain de rugby de Frasnes-lez-Anvaing comprend plusieurs tonnes de petites billes noires en caoutchouc. Leur utilité? Amortir (rendre moins violents) les chocs et tenir droits les brins d’herbe artificielle. Par rapport aux pelouses naturelles, les terrains synthétiques demandent moins d’entretien (il ne faut pas les tondre, par exemple) et on peut les utiliser quelle que soit la météo.

Alors, les terrains synthétiques, c’est l’idéal? Il semble que non. Car le problème, c’est que les petites billes noires dont ils sont recouverts sont fabriquées à partir de pneus usés que l’on broie (coupe en petits morceaux) pour les recycler (réutiliser). Or, les pneus recyclés contiennent des produits chimiques et des substances (métaux lourds, hydrocarbures...) qui pourraient provoquer des cancers (une grave maladie). Du coup, certains spécialistes sont inquiets pour la santé de ceux qui utilisent les terrains synthétiques. Les substances cancérigènes (qui peuvent provoquer le cancer) contenues dans les billes peuvent-elles contaminer (se transmettre à) l’organisme et rendre malade? Certains disent que oui, d’autres affirment que non.

Que dit la loi?

Jusqu’à présent, aucune étude scientifique n’a pu prouver que ces billes de caoutchouc sont dangereuses pour la santé. D’ailleurs, les quantités de substances retrouvées dans ces billes ne dépassent pas les quantités autorisées par l’Union européenne (union de 28 pays d’Europe). Le problème, c’est que la loi européenne autorise des quantités de substances dangereuses plus élevées dans les billes de caoutchouc des terrains synthétiques que dans les objets de la vie courante (ustensiles de cuisine, montres...) et les jouets. La raison? L’Union européenne considère que les billes sont un mélange qui n’entre pas en contact avec le corps humain, tandis que ce n’est pas le cas pour les jouets, par exemple.

Précautions

Le souci, c’est que ceux qui fréquentent ces terrains synthétiques entrent souvent en contact avec les billes de caoutchouc. Elles s’accrochent dans les chaussettes, les vêtements. Quand on tombe sur le terrain, elles peuvent pénétrer dans les yeux, dans la bouche... En cas de blessure, elles se collent dans les plaies...

L’institut pour la santé publique des Pays-Bas a demandé à l’Union européenne de revoir à la baisse les quantités de substances dangereuses autorisées dans les billes en caoutchouc.

Certaines communes, comme Frasnes-lez-Anvaing, ont choisi d’être prudentes et de recouvrir leurs terrains synthétiques avec des billes plus naturelles à base de noix de coco et de liège (matière qui sert à fabriquer les bouchons). Ces billes sont plus chères, mais elles ne sont pas dangereuses pour la santé.

Le sondage de la semaine